In Europe and America, corporate, financial and political elites are increasingly disrespected and transnationalism is receding. An anti-establishment, nationalist, populist wave is surging. It is an anti-insider, anti-Clinton wave, and Trump could ride it to victory.…

Source : After Brexit, a Trump Path to Victory | Freedom’s Back

c’est exactement ça !! UN NOUVEAU MONDE !!! un monde d’humains !! et c’est celui pour lequel nous nous battons!!
et il semble bien que nous soyons en voie de l’emporter
et c’est normal , parce que « NOUS SOMMES LE BIEN » !!
(et ce n’est pas une plaisanterie !!)
lisez cet article . Bien sur, il y a des points à discuter, mais dans l’ensemble, enfin, nous y sommes !!
« Après le Brexit, un Trump sur le chemin de la victoire
Par Pat Buchanan 28 juin 2016, 05:00

Certains d’entre nous ont depuis longtemps prédit l’éclatement de l’Union européenne. Les Cousins (anglais) semblent avoir simplement délivré le coup de grâce.

Alors que l’Ecosse et l’Irlande du Nord ont voté pour rester dans l’UE, l’Angleterre a voté pour l’indépendance. Ces personnes, avec leur histoire unique, leur langue et leur culture, veulent écrire leurs propres lois et se gouverner.

Les Anglais veulent rester qui ils sont et ils ne veulent pas que leur pays devienne, selon l’expression de Theodore Roosevelt, « une maison de pension polyglotte » pour le monde.

Les félicitations arrivent des patriotes de toutes les nations.

Tout va commencer à se démêler maintenant, là-bas et bientôt ici.

À travers l’Europe, le tribalisme est renaissant, dans toutes les couches de la societé Non seulement l’UE semble avoir atteint le point de rupture, mais les pays également semblent sur le point de se briser.

L’Rcosse recherche un second référendum pour quitter le R.U. Le Front national français et le Parti néerlandais pour la liberté veulent sortir de l’UE.
Comme les Ecossais cherchent à se séparer du ‘R.U., la Catalogne cherche à se séparer de l’Espagne, la Venitie de l’Italie et les nationalistes flamands de Belgique.

L’Ethnonationalisme semble partout ascendant. Pourtant, en regardant en arrière dans l’histoire, est-ce que ce n’est pas la manière dont le monde a avancé depuis quelques siècles maintenant?

La désintégration de l’UE dans ses nations constitutives suivrait, comme Vladimir Poutine souligne utilement, le même schema que la dissolution de l’URSS en 15 nations, et l’éclatement de la Yougoslavie en sept .

La Tchécoslovaquie récemment scindée en deux. Le Donbass qui cherche à faire sécession de l’Ukraine. Est-ce si différent de la Transnistrie hors de la Roumanie, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud sécessionniste de la Géorgie et la Tchétchénie qui recherche la séparation de la Russie?

Après la Seconde Guerre mondiale et la désintégration des empires français et britanniques la naissance de dizaines de nouvelles nations en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient. Amérique et les îles des Philippines ont rendu ces pays à leur peuple.

Le siècle précédent a vu l’effondrement de l’Empire espagnol et la naissance d’une vingtaine de nouvelles nations dans notre propre hémisphère.

Dans la Chine de Xi Jinping et la Russie de Poutine, le nationalisme est en hausse, alors même que la Chine cherche à réprimer ouïghours et tibétains séparatistes.

Les gens veulent se gouverner, et d’être eux-mêmes, se séparer de tous les autres. Les Palestiniens veulent leur propre nation. Israéliens veulent « un Etat juif. »

Sur Chypre, les Turcs et les Grecs semblent plus heureux séparés .

Les Kurdes se battent pour se séparer de la Turquie et de l’Irak, et peut-être bientôt de la Syrie et de l’Iran. L’Afghanistan semble être dans éclatement en régions dominées par les Pachtounes, les Hazaras, les Ouzbeks et les Tadjiks.

L’Erythrée a quitté l’Ethiopie. Le Soudan du Sud a fait sécession de Khartoum.

Même l’Amérique n’est pas à l’abri des sentiments populistes qui flambent en Europe.

Dans les foudres de Bernie Sanders contre les élites corporatives et financières on entend des échos de la rhétorique de gauche radicale en Grèce et en Italie contre les élites bancaires de l’UE.

Et comme le « Brexit » a balayé les Anglais de souche à l’extérieur d’une société qui se veut de multiraciale, multiethnique, multiculturelle, multilingue Londres, le populiste-nationaliste Donald Trump fait ressurgir les blancs de souche et les classes moyennes dans les primaires.

En Grande-Bretagne, tous les partis traditionnels – Labor, conservateurs, libéraux démocrates, nationaux écossais – soutenant le camp pro-UE ont tous perdu .

Seul l’UKIP -UK Independence Party -de Nigel Farage a gagné.

Au cours des six derniers mois, des millions de démocrates ont voté pour un vieux monsieur socialiste de 74 ans contre le choix de l’établissement, Hillary Clinton, qui, comme les républicains Bush-Romney-Ryan républicanisme ont été massivement désavoué dans les primaires républicaines.

Comme l’a dit Trump la semaine dernière, « Nous sommes arrivés ici parce que nous sommes passés d’une politique de l’américanisme – en se concentrant sur ce qui est bon pour la classe moyenne américaine – à une politique de globalisme, en se concentrant sur la façon de faire de l’argent pour les grandes entreprises qui peuvent se déplacer leur richesse et les travailleurs à des pays étrangers tout au détriment du travailleur américain et l’économie américaine « .

Hier, la nouvelle est arrivée que pour le seul mois de mai, les États-Unis avaient un déficit des échanges de biens de 60 milliards $. Cela se traduit par un déficit annuel de 720 milliards $ de marchandises, ou près de 4 pour cent de notre PIB anéanti par les achats de biens américains fabriqués à l’étranger plutôt que fabriqués sur place t.

En 40 ans, nous ne sommes pas un excédent commercial. La république la plus autonome dans toute l’histoire dépend désormais pour ses besoins d’autres nations.

Que pourrait une politique de Trump pour passer du globalisme à l’américanisme, qu’est-ce que cela impliquerait ?

De 10 à 20 pour cent sur les produits manufacturés pour effacer le déficit des échanges de biens, avec les centaines de milliards de recettes utilisées pour réduire ou éliminer les impôts sur les sociétés aux Etats-Unis.

Chaque entreprise américaine bénéficierait. Chaque entreprise mondiale aurait une incitation non seulement de déplacer la production, mais son siège ici.

Une « Amérique d’abord » sur la politique d’immigration assurerait la frontière, réduirait l’immigration illégale pour resserrer les marchés du travail américains, appliquer strictement les lois américaines contre ceux qui les enfreignent dans notre pays, et faire preuve de fermeté avec les entreprises qui font une pratique consistant à recruter des gens ici illégalement.

En Europe et en Amérique, les élites sociales, financières et politiques sont de plus en plus méprisées et le transnationalisme est en recul. Un anti-establishment, nationaliste, une vague populiste est en forte hausse en Europe et aux Etats-Unis.

C’est une vague anti-initié et anti-Clinton qui pourrait porter Trump à la victoire.