Peut-être certains d’entre vous n’ont pas suivi le film et se posent la question du contentieux qu’il peut y avoir entre Israël et l’Iran et plus encore, entre l’Iran et les juifs !

Peut-être pensez-vous  qu’un jour Israël a déclaré la guerre à l’Iran et a essayé d’envahir ce pays ? Je vous rassure, cela ne s’est jamais passé, mais depuis aussi longtemps que l’Iran (la perse) existe, ce sont toujours eux qui ont envahi les autres

Peut-être pensez-vous qu’ils ont pitié de ces povpalestiniens brimés par les juifs?

Il faut quand même savoir que lesdits povpalestiniens sont des sunnites vomis par l’Iran chiite -qui le leur rendent bien-  et qu’en plus ce sont des arabes  pour lesquels les perses ont toujours eu le plus grand mépris , qu’ils traitent de chameliers incultes !

Alors, penser qu’ils vont se brouiller avec le monde entier et subir des sanctions pour des chameliers incultes, faut pas exagérer !!

Alors, quelle peut être la raison de cette haine  qui remonte à bien plus loin que la création d’Israël et des palestiniens !

Comme toujours, il faut se reporter à « l’histoire longue des peuples »

comment ces malades en ont rajouté à l’antisémitisme du coran !!
on ne peut pas comprendre l’attitude d’Israël sur la bombe iranienne si on ne connait pas le contexte

L´image du juif aux yeux du régime islamique d´Iran – 1ère partie : Les racines théologiques

Par : E. Zigron et A. Savyon *

MEMRI Middle East Media Research Institute

Introduction

Cet article, le premier d´une série sur l´image du juif aux yeux du régime islamique iranien, mettra l´accent sur la réinterprétation par les porte-parole du régime islamique d´Iran de versets coraniques et de traditions (hadiths) quant aux rapports entre les juifs de la Péninsule arabique et le prophète Mahomet. Il analysera comment cette réinterprétation jette les bases théologiques et psychologiques du régime et condamne les juifs et le judaïsme.

Lu sur …

Officiellement, le régime iranien fait la distinction entre le judaïsme comme religion, qu´il considère comme légitime, et le sionisme qui, selon lui, est l´incarnation de l´idée nationale juive et doit être extirpé. De hauts responsables du régime se vantent de la liberté de culte accordée aux juifs iraniens, et soutiennent que leurs déclarations antisionistes ne sont pas dirigées contre les juifs ou leur religion, mais sont une expression de dégoût légitime envers le sionisme et l´État d´Israël.

Par exemple, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien Ramin Mehmanparast a expliqué pourquoi il avait déclaré que « nous n´avons aucun problème avec les juifs, seulement avec les sionistes » [1] – en précisant que le régime respecte toutes les religions monothéistes, y compris le judaïsme, mais appelle à lutter contre le sionisme. [2] De même, le prédicateur du vendredi l’ayatollah Ahmad Khatami a déclaré lors de la Journée de Qods (Jérusalem), le 17 août 2012 : « Nous faisons la distinction entre les juifs qui vivent en Iran, qui sont respectueux des lois et participent à la Journée de Qods, et les sionistes, dont l´histoire témoigne de la nature meurtrière ». [3]

Malgré ces allégations du régime, il est aisé de déceler des messages antisémites provenant des hauts responsables et des grands médias iraniens. Ces messages dénoncent spécifiquement les juifs, leur attribuent des caractéristiques négatives propres, et les dépeignent comme une force diabolique éternelle, la racine du mal dans le monde depuis les temps anciens – perceptions qui trouvent leurs racines théologiques et psychologiques dans les traditions musulmanes. Par exemple, dans son sermon du 31 août 2012, le prédicateur du vendredi l’ayatollah Emami Kashani a déclaré : « Les traditions ordonnent aux croyants de frapper les juifs, et prédisent que le jour viendra où les juifs chercheront refuge et abri. » [4]

Cet article se focalisera sur les principaux courants du régime islamique iranien concernant les juifs et le judaïsme : a) mise en place de l´infrastructure idéologique de diabolisation des juifs et du judaïsme, b) l´établissement d´un parallèle entre la bataille de Khaybar du septième siècle et le conflit israélo-arabe actuel. L´Iran appelle à considérer les actions du prophète Mahomet et de ses disciples dans cette bataille comme un modèle pour résoudre le conflit contemporain.

L’infrastructure idéologique de la diabolisation du juif en Iran

Depuis que le chiisme a été déclaré religion de l´Etat Safavi (1501-1722), et en particulier depuis le 17e siècle sous la dynastie Qajar, les juifs iraniens ont subi de sévères persécutions et de nombreuses restrictions, justifiées par les conceptions et les préceptes religieux chiites duodécimains les considérant comme des pécheurs et des inférieurs. [5] Au fil des ans, l´image du juif a subi une mutation de simple inférieur, pécheur et impur, en détenteur de grands pouvoirs maléfiques. Cette transformation s´est accélérée sous le règne du père de la Révolution islamique, l´ayatollah Ruhollah Khomeiny. Selon son courant de pensée religieuse, les juifs sont l’« incarnation du mal », « un groupe fourbe et ingénieux » qui lutte pour une « domination juive » sur les musulmans. Et de souligner que « cette politique [juive] perdure à notre époque… Ils voient la destruction de l´islam comme une étape essentielle dans l’atteinte de leurs objectifs ». [6]

Cette diabolisation des juifs se poursuit aujourd´hui, sous l’autorité du régime islamique d´Iran. Ce processus se caractérise par la réinterprétation des versets coraniques et des traditions islamiques sur la lutte, au septième siècle, entre le prophète Mahomet et les juifs, aiguillée pour mettre en exergue la centralité des juifs et les présenter comme un groupe néfaste et dangereux qui tente de nuire à l´islam depuis son origine et est depuis toujours son plus grand ennemi.

Divers porte-parole iraniens utilisent les nouvelles interprétations des versets coraniques et des traditions islamiques pour prouver que les juifs ont des attributs négatifs et complotent sans fin contre les musulmans. Ils soulignent aussi la formidable puissance du juif qui a osé s´opposer au Prophète de l´islam.

Présenter la bataille de Khaybar du septième siècle comme un parallèle au conflit israélo-arabe et comme un modèle à sa résolution

Les chefs du régime iranien décrivent le conflit géopolitique israélo-arabe actuel comme la suite du conflit religieux du septième siècle dans la Péninsule arabique entre les juifs et le prophète Mahomet, en présentant l´expulsion de Mahomet et l´extermination des juifs de Khaybar comme un modèle de ce qui doit être fait aux juifs d´aujourd´hui.

Ci-dessous des exemples de réinterprétation des autorités et des médias iraniens de versets du Coran et des traditions islamiques. Utilisation de cette réinterprétation au service d’une campagne anti-juive et anti-judaïsme pour jeter les bases conceptuelles de l´antisémitisme :

Le professeur d´université Rajbi-Davani : depuis l’origine de l’islam, les juifs essayent de le détruire

Le 10 mars 2012, le site étudiant bassidji daneshjoo.org publiait des déclarations faites par le Dr Mohammad-Hossein Rajabi-Davani, chargé de cours à l´université Imam Hossein de Téhéran. Lors d´une réunion sur la recherche historique islamique dans un centre culturel, Davani a souligné le rôle joué par les juifs aux origines de l´islam, les dépeignant comme des adversaires de l´islam et de son Prophète et expliquant qu´ils avaient voulu les détruire.

La première action des juifs pour détruire l´islam était la moquerie

Lors de cette réunion, Davani a affirmé que la première mesure prise par les juifs pour détruire l´islam fut de s´en moquer, de tourner en dérision l´absence de textes écrits. Il a relaté que les juifs « se rendaient à la mosquée et se moquaient des pratiques musulmanes… à tel point que le Prophète a ordonné leur renvoi de la mosquée… Les juifs se vantaient devant les musulmans… en disant : ‘Contrairement à vous, nous avons un livre saint’. A cette époque, seule la moitié du Coran était révélée ; il n´existait pas sous forme écrite et les musulmans conservaient les versets révélés [de bouche à oreille]. Les juifs disaient donc : ‘Notre Dieu nous a préférés et nous a donné le livre divin, alors que vous n´avez pas de livre divin’. »

Et Davani d’ajouter : « Les juifs disent aussi : ‘Dieu nous a préférés à vous [musulmans] et nous a institué un jour de la semaine (le Shabbat) comme jour férié’… [Ainsi] Dieu a donné [aux musulmans] la sourate du vendredi, en contrepartie et dans le but de neutraliser la manipulation psychologique [des juifs sur les musulmans]. C´est pourquoi le vendredi a été institué comme jour de repos hebdomadaire pour les musulmans… parce que ce jour précède les fêtes juives. »

La poésie juive anti-islam insultait l´islam et les musulmans

Davani a poursuivi : « La poésie juive anti-islam fut une autre activité [des juifs] dans leur combat contre l´islam… Après la cuisante défaite de la bataille de Badr, un poète juif de la tribu des Banu Nadir, Ka´b bin Ashraf, s’est mis à haïr l´islam, et lors d´un voyage à la Mecque, il a écrit plusieurs poèmes insultant l´islam et les musulmans. Ses poèmes ont rapidement gagné la ville de Médine, et provoqué la colère des musulmans… Mahomet s´est tourné vers les musulmans et a demandé : ‘Qui peut calmer le diabolisme de Ka´b ? Le frère adoptif de Ka´b, Muhammad bin Maslama, s´est porté volontaire pour le faire. Se rendant à la maison de [Ka´b] avec plusieurs musulmans, sous prétexte d´acheter des biens, [les musulmans] l´ont sorti de domicile et l’ont tué. C´est ainsi que les juifs ont perdu l’un de leurs outils les plus précieux… »

Les tribus juives des Banu Qaynuqa, Banu Nadir et Banu Qurayza ont toutes combattu l´islam

« Le premier groupe juif [à combattre les musulmans] fut la tribu des Banu Qaynuqa. Un jour, dans une forge sur la place du marché [dans la ville de Médine], un juif de la tribu des Banu Qaynuqa a harcelé et blessé une femme musulmane. La femme a appelé à l´aide, et un passant musulman a attaqué et tué [le juif]. [En représailles] les juifs ont tué le musulman, ont immédiatement fermé leurs magasins et se sont cachés dans leurs fiefs. [En conséquence] le Prophète a dit : ils ont violé le contrat [que nous avons avec eux], et par conséquent, ils n’ont plus leur place à Médine. Le Prophète leur a donné deux semaines pour quitter Médine, mais les hypocrites [du camp musulman] ont promis de les aider, et pour cette raison, ils [les Banu Qaynuqa] n’ont pas quitté la ville…

« Ainsi, la bataille des Banu Qaynuqa a éclaté. Les musulmans ont encerclé les forteresses [des juifs], et quelques jours plus tard, les juifs des Banu Qaynuqa se sont rendus et se sont déclarés prêts [à accepter] l’exil de Médine. Mais le Prophète a déclaré : j’accepte [ceci] à condition que vos biens soient confisqués. En conséquence, ils sont partis humiliés, et depuis ce temps, il n’existe aucune trace dans l´histoire juive des juifs de Banu Qaynuqa. Ces événements ont eu lieu dans la seconde année de l´Hégire.

« La quatrième année de l´Hégire, les juifs de Banu Nadir – qui est la plus vile des tribus juives – et l´islam se sont rencontrés face à face. Cette année-là, une grande tragédie s´est abattue sur l´islam : un groupe de prédicateurs musulmans (40 ou 70) ont été assassinés par le chef du clan de la tribu des Banu Amer, en coopération avec la tribu des Banu Salim. Un prédicateur, Amru bin Amia Ibn Khamri, a été maintenu en vie… et a raconté [ce qui s´est passé] au Prophète… Les juifs des Banu Nadir s’étaient alliés aux Banu Amer [et par conséquent] le Prophète s’est rendu avec plusieurs musulmans aux fiefs des Banu Nadir. Ils ont promis d’apporter leur aide, mais ont rapidement convoqué une rencontre et dit : ‘Voilà une opportunité unique de rencontrer le Prophète seul,’ et ont décidé de le tuer.

« [Alors] que le Prophète était assis près du mur [d´un] bastion, ils [les Banu Nadir] voulurent jeter [sur lui] des [pierres] rondes du toit, puis faire passer sa mort pour un accident. Mais le Prophète fut informé de [leur plan] par l´ange Gabriel, qui lui a sauvé la vie. Après cet incident, le Prophète est revenu à Médine et a donné aux juifs de Banu Nadir deux semaines pour quitter [la ville]. Mais comme les Banu Qaynuqa, ils sont restés. Lorsque l´ultimatum a expiré, l´armée de l´islam a déplacé les bastions des [Banu Nadir]… et après un long siège, les Banu Nadir ont dit : ‘Nous sommes prêts à quitter Médine’. Le Prophète leur a pardonné et a permis à chaque famille d’emporter une charge de chameau. Ils ont chargé tout ce qu´ils pouvaient sur leurs chameaux… et ont quitté Médine.

« Les juifs ont quitté Médine, mais leur diabolisme ne s’est pas atténué… Certains d’entre eux se sont rendus à Khaybar. Après un certain temps, [les juifs] ont réussi à prendre le contrôle de Khaybar, et parce qu´ils détestaient l´islam, ils ont fait [de Khaybar] le port d´attache de leur lutte contre l´islam. Ils ont œuvré pour entraîner d’autres juifs [dans leur combat], des régions du Hedjaz… Le danger juif était une menace constante pour l´islam.

« La troisième confrontation entre l´islam et les juifs fut avec la tribu des Banu Qurayza. Voyant le sort réservé aux deux autres tribus, les Banu Qurayza ont souhaité ne pas s’impliquer, mais les Banu Nadir les ont entraînés [dans le conflit]. Les juifs de Banu Nadir ont dit : Si nous entraînons [les Banu Qurayza] avec nous, l´islam tombera. Une nuit, ils ont suivi [les Banu Qurayza] afin de les persuader de se joindre à eux. Dans un premier temps, les Banu Qurayza refusèrent, mais les Banu Nadir [tentèrent de] leur prouver que l´islam tomberait sans conteste [s´ils unissaient leurs forces]. Ils leur ont dit : si [vous vous joignez à nous et si nous combattons] ensemble, la chute [de l´islam] sera précipitée, sinon, vous serez touchés… [En fin de compte], [les deux tribus] ont décidé de lancer une guerre de tranchées.

« Conscient de leur caractère perfide, le Prophète a envoyé 700 de ses 3 000 soldats pour les combattre… Sur les pas des prieurs de l’après-midi… l´ange Gabriel descendit et dit : Celui qui aime Dieu et Son Messager doit dire les prières de l’après-midi et du soir près des bastions des Banu Qurayza…

« Un sage [juif] a proposé [à ses coreligionnaires] : Nous savons que [Mahomet] est un prophète… accordons-lui notre foi. Mais [les juifs] l’ont rejeté. Une deuxième suggestion fut faite : Les musulmans savent que nous observons le shabbat ; attaquons [les] la veille du shabbat, quand ils ne s’y attendent pas. Mais cette suggestion fut également écartée. Une troisième suggestion fut avancée : Tuons nos propres femmes et enfants… Si nous restons en vie… nous pourrons fonder de nouvelles familles, [et si] nous sommes tués, [au moins] nos femmes et nos enfants ne tomberont pas dans les mains des musulmans.

« Avant [l´émergence] de l’islam, les Banu Qurayza s’étaient alliés à la tribu des Aws. En conséquence, le Prophète envoya Abou Lbaba [sic] Al-Awsi, [de la tribu des Aws], pour négocier avec eux. [Selon] les sources historiques, les juifs ont affirmé qu´ils accepteraient n´importe quel chef tribal choisi par Sa’d ibn Abi Ma’z… [Après] avoir reçu l´autorisation [de trancher sur la question] des deux parties [les musulmans et les juifs des Banu Qurayza], Sa’d a statué : assassinez tous les hommes adultes [juifs], capturez toutes les femmes et les enfants, et confisquez tous leurs biens.

« Les juifs ont accepté sa décision. Après que l´ordre fut donné, un grand fossé fut creusé, et tous les hommes (environ 600) furent attachés, et un matin, l´émir Al-Mouminine [supposément l’imam ´Ali] et [l´un des Compagnons du Prophète] Zubeir [ibn Al-Awwam] ont coupé la gorge [des juifs] et les ont jetés dans le fossé… La tradition veut que… dans la lutte entre les musulmans et les juifs, les ordres définitifs [de tuer les juifs] fussent donnés par le Prophète. Mais cet ordre [est venu] non pas du Prophète [mais du chef des Aws]… [parce que] comment [se fait-il] que dans le cas des deux autres tribus, le Prophète a ordonné seulement leur exil, alors que dans le cas [des Banu Qurayza] il a pris des mesures plus énergiques ? » [8]

IRNA : Le grand crime des juifs de Khaybar

Le 15 juin 2012, un article publié par l´agence de nouvelles iranienne IRNA pour « l´anniversaire de la conquête de Khaybar » statuait que cette date commémorait la lutte de Mahomet contre les juifs qui voulaient détruire l´islam… La haine des juifs envers le Prophète et les musulmans était encore plus grande que la haine [ressentie envers le Prophète et les musulmans par la tribu] des Quraych, qui [ont mobilisé] toute la ruse et la force [des juifs pour] vaincre les musulmans… » L´article poursuit : « Les juifs vivant à Médine et ses environs ont connu un triste sort, qui fut le résultat direct de leurs actes malvenus. Un certain nombre d’entre eux ont été exécutés, et certains, comme les Banu Qaynuqa et les Banu Nadir, ont été expulsés de la région de Médine, et se sont installés à Khaybar et Wadi Al-Qura…

« Le grand crime des juifs de Khaybar fut d´avoir encouragé toutes les tribus arabes à lutter contre le régime islamique. Grâce à un soutien financier aux juifs de Khaybar, un jour, l´armée des idolâtres s’est déplacée de divers endroits de la Péninsule arabique vers la ville de Médine. En conséquence, la guerre a éclaté entre les deux parties.

« Grâce au Prophète et à l’autosacrifice de ses disciples, l´armée d´invasion a été maintenue derrière les tranchées pendant un mois, après quoi [les envahisseurs] se sont dispersés et sont rentrés chez eux – parmi eux les juifs de Khaybar, qui sont retournés à Khaybar. Le calme [a été restauré] au sein de l´islam. La malhonnêteté des juifs de Khaybar a convaincu le Prophète que cette concentration dangereuse [de juifs devait être] démantelée, et que [les juifs de Khaybar] devaient être désarmés. [Ceci] en raison de la crainte que ce peuple entêté, aventureux, fasse usage de son immense richesse pour monter à nouveau les Arabes païens contre les musulmans… »

Les juifs ont conspiré contre l´islam

Le 29 avril 2012, un article de Jamnews.ir sur l´histoire et la géographie du village de Fadaq exposait : « Le village de Fadaq était situé à deux ou trois jours au nord de Médine, à l´est de Khaybar… et tous ses habitants étaient juifs… Dans la septième année de l´Hégire, le Prophète a envoyé l´armée [à Khaybar] écraser les juifs de Khaybar, qui, en plus d’offrir un refuge à des juifs subversifs qui avaient été expulsés de Médine, avaient conspiré avec divers tribus contre l´islam. Après plusieurs jours de siège, [l´armée] a pris d’assaut leurs forteresses. »

Parallèle entre la bataille de Khaybar et le conflit israélo-arabe actuel

Le guide suprême Ali Khamenei : la conjoncture actuelle est identique à celle de l’époque de Khaybar

Dans un discours prononcé dans la ville de Qom le 9 janvier 2012, le guide suprême Ali Khamenei évoquait la situation géopolitique de l´Iran et les sanctions économiques qui lui étaient imposées par les Etats-Unis, et comparait les circonstances de la lutte chiite iranienne contre les infidèles américains et ses alliés sionistes à celles des batailles de Badr et Khaybar. Khamenei faisait référence au massacre en 628 ap. J-C par le prophète Mahomet des juifs de Khaybar (voir chapitre précédent) et à la victoire de 623 ap. J-C du prophète Mahomet et de son petit groupe de musulmans – que Khamenei compare aux chiites actuels – contre les riches infidèles de la tribu des Quraych.

Khamenei a déclaré : « Le front auquel nous faisons face est celui de l’Amérique et des sionistes, qui ont essayé toutes les méthodes et tous les procédés pour lutter contre la nation iranienne… dans le but d´affaiblir les capacités du régime et d’annihiler la détermination du peuple…

« Aux origines de l´islam, les ennemis, en collaboration avec les Banu Taleb [riches rivaux de Mahomet de la tribu des Banu Quraych] pensaient qu´ils imposeraient un blocus économique sur les musulmans [adeptes de Mahomet], mais ils ont échoué. Ces malheureux calculs sont faux. [Aujourd´hui], ils pensent que nous sommes dans la même situation que les Banou Abi Taleb [qui assiégèrent Médine]… mais ce n´est pas le cas. Aujourd´hui, nous sommes dans des circonstances [identiques à celles de] Badr et Khaybar. Notre nation… [peut déjà] voir la victoire. La nation est proche de la victoire. » [9]

Un expert iranien du Moyen-Orient : comme à Khaybar, un million d´Israéliens fuiront les territoires occupés

Le 6 juin 2012, l´agence de nouvelles Fars publiait une interview de Mohammad Sadeq Al-Hosseini, ancien conseiller du ministre de la Culture réformateur Ataollah Mohajerani et expert des affaires du Moyen-Orient.

Ci-dessous quelques extraits de l´interview :

Journaliste : Sans la conjoncture actuelle, quelle est la situation d´Israël ?

Hosseini : Le secrétaire général du Hezbollah [Hassan Nasrallah] a affirmé il y a quelques jours que la question d’« Israël du Nil à l´Euphrate » n’a plus lieu d’être. Les sionistes sentent pour la première fois qu´ils n´ont aucun intérêt à continuer à défendre cet Etat artificiel. Ils disent perdre le sommeil à cause de la « résistance » ; ils peuvent à présent vraiment vivre avec cette sensation. Vous voyez qu´ils ont construit un mur de séparation entre eux et les Palestiniens de Cisjordanie. Maintenant, en raison de leur crainte des conséquences de la révolution égyptienne, ils veulent aussi construire un mur de séparation le long de la frontière égyptienne. Ils ont également construit un mur de séparation à la frontière libanaise. Ceci est parfaitement illustré dans le verset coranique « Tous ne vous combattront que retranchés dans des cités fortifiées ou de dernière des murailles » [Coran 59:14].

Question : Autrement dit, les circonstances de Badr et Khaybar, auxquelles le leader de la révolution [le guide suprême Ali Khamenei] faisait allusion ?

Hosseini : Exactement. Pourquoi croit-il que nous ne sommes pas dans le cas d’Abi Taleb, mais dans celui de Badr et Khaybar ? Parce que c´était dans les mêmes circonstances qu´à Badr que nous avons remporté la guerre [libano-israélienne de juillet 2006] de 33 jours et la guerre [Israël-Hamas de 2008-9] de 22 jours. Les circonstances de Khaybar [sont les mêmes qu´aujourd´hui, parce que les juifs se battent] de derrière un mur. Cela signifie qu´ils ont atteint la limite de leurs capacités et de leurs options, et ne sont plus disposés à quitter leurs foyers. Rappelez-vous qu’Israël est un petit pays côtier très étroit et ne possède pas la capacité stratégique ou géopolitique de se défendre, et peut disparaître à tout moment. Ces gens peuvent fuir en masse. Comme l’a dit [Yahya Rahim] Safavi, en cas de guerre totale, un million d´Israéliens fuiront les territoires occupés [Israël] dans la première semaine [de la guerre]. Sans exagération. [10]

Tout au long de l´histoire, les sionistes ont tenté de détruire l´islam au sein des musulmans

Le 21 septembre 2012, en réponse au film anti-islam L’Innocence des musulmans, Hujjat Al-Islam Ali Na´mat Allahi, qui dirige le bureau d´orientation islamique de la ville de Qazvin, a expliqué que, tout comme les juifs avaient nui au Prophète Mahomet, « à travers l´histoire » les sionistes ont essayé de détruire l´islam : « Les gens demandaient au Prophète : ‘Quelle tribu vous a le plus nui et harcelé lors de la propagation de l´islam ?’ Il répondit que la tribu juive lui a fait beaucoup de mal et l´a harcelé. Cette tradition indique clairement que la tribu juive a nui au Prophète [tout comme] les sionistes ont oeuvré pour marginaliser la religion de l´islam dans le but de la détruire au sein des musulmans ». [11]

Les « juifs sionistes » ont inventé l´histoire de l’Holocauste – tout comme ils ont déformé des faits relatifs à l’origine de l’islam

Le 18 décembre 2012, un article niant l´Holocauste paru sur Fars, « L´Holocauste – pénétrer dans la zone Défense d’entrée », de Mohammad Malik-Zadeh [12], déclarait que la Shoah est un mythe et qu’aucune preuve n’est nécessaire, les sources islamiques montrant clairement la compétence des « juifs-sionistes » à déformer les faits.

L´article exposait : « … Voici un résumé des principaux points de l´histoire de l´Holocauste du point de vue de ses façonneurs, principalement les juifs-sionistes… Examiner la véracité ou la fausseté de cette allégation [l´Holocauste] n´est pas le sujet de cet article, ni l´objectif principal de l´auteur en l´écrivant. Il suffit de remarquer ici que dans cette affaire, les juifs ont déformé et falsifié leurs événements historiques [tout] comme ils le faisaient aux origines de l´islam. [13] Ils sont si habiles en cela qu´il ne fait aucun doute que dans cette affaire [l´Holocauste], ils ont aussi déformé les faits pour [atteindre] leur but. »

L´ayatollah Ruhollah Qarehi : « Il est encore possible » de faire aux juifs ce qui leur a été fait à Khaybar

Dans une leçon de morale du 7 avril 2012, l´ayatollah Ruhollah Qarehi expliquait que les juifs n´ont pas encore ingéré ce que Mahomet leur a fait à Khaybar. Il affirmait : « Les chiites enseignent qu´il est encore possible de faire [aux Juifs] ce que [Mahomet] leur a fait à Khaybar, tout comme [ce que] le Hezbollah libanais [a fait aux Israéliens]. Ce cher [leader du Hezbollah] M. Hassan Nasrallah est un grand homme qui a montré qu´il est encore possible [d´agir comme à Khaybar]. Les juifs sont incapables [de lutter contre les musulmans] ». [14]

* E. Zigron est chargé de recherche au MEMRI ; A. Savyon est directrice du Iranian Media Project.

Notes :

[1] YJC.ir (Iran), 17 août 2012.
[2] ISNA.ir (Iran), 1er juillet 2012 ; le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi a fait part d’opinions semblables, IRNA.ir (Iran), 3 septembre 2012.
[3] Fars (Iran), 17 août 2012.
[4] Lenziran.com, 31 août 2012. Il convient de noter que ces déclarations dans le sermon n´ont pas été rapportées dans la presse écrite iranienne.
[5] Walter J. Fischel, The Jews in Mediaeval Iran, from the 16th to the 18th Centuries dans : Shaul Shaked (ed.), Irano-Judaica I (Jérusalem, 1982), pp 265-291 ; Bernard Lewis, The Jews of Islam (Princeton, New-Jersey, 1984).
[6] Islam and Revolution: Writings and Declarations of Imam Khomeini (traduit en anglais et annoté par Hamid Algar) (Berkeley, 1981), p. 27, 89, 109, 127. Voir aussi Ayatollah Ruhollah Khomeini, Al-Qadiyya al-Falastiniyya fi kalam al-Imam al-khomeini, Beyrouth, 1996, p. 31, et Khomeiny, Al-Hukuma Al-Islamiyya (le « gouvernement islamique”), Beyrouth, 1979, p. 83.
[7] Il convient de noter que les porte-parole du régime iranien appellent ostensiblement à une solution démocratique au problème palestinien, mais si l’on examine attentivement l´essence de la solution qu´ils proposent, l’on peut déceler une requête délicatement formulée de l’élimination de l´Etat d´Israël. L´intention de l´Iran est de ramener les réfugiés palestiniens et d’organiser un référendum parmi ceux qui vivaient dans la Palestine mandataire avant 1948. Ainsi, un Etat à majorité musulmane arabe verra le jour, et seuls les descendants de Juifs qui y vivaient avant 1948 seront autorisés à rester et à y vivre en paix. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré le 23 novembre 2012 que la guerre n´était pas nécessaire pour résoudre la question palestinienne : elle peut être résolue démocratiquement, par des élections libres dont les résultats indiquent que les sionistes n´ont pas leur place en Palestine. Mehr (Iran), 23 novembre 2012.
[8] Snn.ir, 10 mars, 2012.
[9] Farsi.khamenei.ir, 9 janvier 2012.
[10] Fars (Iran), 6 juin 2012
[11] Fars (Iran), 21 septembre 2012.
[12] Fars (Iran), 18 décembre, 2012. D´abord paru dans le numéro 10 de la revue Farhang-e Pouya, publiée par le Centre Imam Khomeini d´éducation et de culture, dirigé par l´ayatollah Mesbah e-Yazdi. Cet article sera expliqué en détail dans la 2ème partie de cette série, qui mettra l´accent sur la négation de l´Holocauste.
[13] L´auteur ajoute ici cette annotation : « Dans les textes religieux, et en particulier dans le Coran, dans de nombreux cas, la politique hypocrite des Juifs est omise, par exemple, ‘La Table’ [Chapitre 5], verset 13, se réfère aux violations du pacte de la part des tribus juives. [Ce chapitre] souligne la trahison [des Juifs] et leur déformation des faits, et c´est pour cette raison qu´ils ont été maudits par Dieu : ‘Nous avons maudit les Juifs et alourdi leur coeur parce qu´ils ont violé le pacte. Ils ont déformé les paroles et les ont extraites de leur contexte, et j´ai oublié quelques-unes des raisons pour lesquelles ils ont été châtiés, et vous [le Prophète] devez toujours avoir à l’esprit leur [nature] perfide’. »
[14] Fars (Iran), 7 avril 2012.

L’image du juif aux yeux du régime islamique en Iran – Partie II : la diffamation du sang et « Les Protocoles des Sages de Sion »
Par: E. Zigron et A. Savyon *

Introduction

Ce document, le second d’une série sur l’image du juif aux yeux du régime islamique iranien, montre comment les stéréotypes antisémites courants dans l’Europe du 19e siècle et du début du 20e siècle sont repris aujourd’hui par des personnalités du régime et des médias iraniennes à l’encontre des juifs.

Les deux thèmes abordés dans ce document sont la diffamation du sang, c’est-à-dire la prétendue utilisation par les juifs du sang des non-juifs à des fins rituelles, et Les Protocoles des Sages de Sion du 19e siècle, selon lesquels les juifs cherchent à dominer le monde par divers moyens.

Par exemple, dans un discours en juin 2012, le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi reprenait la diffamation du sang venue d’Europe selon laquelle le Talmud enseigne comment « sucer le sang des non-juifs. » Dans un discours en octobre 2011 devant des intellectuels iraniens dans la ville de Kermanshah, le Guide suprême iranien Ali Khamenei déclarait que les médias occidentaux sont clairement dirigés par les juifs, inspirés des Protocoles. [1]

En août 2012, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad déclarait que les juifs étaient responsables des deux guerres mondiales ; en juin 2012, le quotidien iranien Resalat alléguait que les Protocoles étaient « la compilation la plus dangereuse de lois et règles de l’Histoire. » Par ailleurs, en juillet 2012, Press TV, le site en langue anglaise du régime, publiait des articles attribuant la crise économique actuelle en Europe à une manigance du « Cartel bancaire juif ».

A travers ces déclarations, on peut observer que les porte-parole du régime iranien utilisent indifféremment les termes « juif » et « sioniste », ce qui dément leurs propos propagandistes selon lesquels ils différencient les deux et le régime n’aurait rien contre les juifs.

Ce qui suit est une analyse des déclarations antisémites d’officiels du régime iranien et des médias de cette dernière année, qui font référence à la diffamation du sang et aux Protocoles des Sages de Sion.

La diffamation du sang

À Pâque, une victime est choisie parmi les enfants de moins de 10 ans… Ils mélangent le sang de cette victime à la pâte, pour recevoir une bénédiction

Le 9 septembre 2012, l’agence de presse iranienne Fars, proche des Gardiens de la révolution islamique (GRI), publiait un article de la revue iranienne Mou’ud[2], intitulé « Le pèlerinage dans le judaïsme », qui soulignait que les rituels juifs pratiqués au cours des « pèlerinages juifs à Jérusalem aujourd’hui » [3] ne sont pas en conformité avec les injonctions de la Torah – y compris un rituel où les juifs assassinent des enfants et « donnent [leur sang] à un rabbin, prêtre ou sorcier, qui devait être utilisé pour la fabrication de la matsa ou l’exercice de la sorcellerie. »


Photo de l’article de
Mou’ud. [4]

Voici les principaux points de l’article: [5]

« L’événement principal [pratiqué par les juifs] là-bas [pendant le pèlerinage] est [le sacrifice] d’une victime, [comme] énoncé dans les préceptes religieux. [Cependant,] il existe une grande différence [entre ce que les juifs font réellement] et ce qui figure dans la Torah. La Torah [leur] ordonne d’immoler une vache – tandis que leurs écrits religieux justifient le sacrifice de victimes humaines ! Ainsi, à Pâque, ils choisissent une victime parmi des enfants qui n’ont pas plus que 10 ans. Ils mélangent le sang de cette victime à la pâte, pour recevoir une bénédiction. »

« Les juifs extraient le sang de leurs victimes de diverses manières. Parfois, ils placent la victime dans un baril, alors qu’elle est encore en vie. Les parois internes de ce tonneau ont des aiguilles qui percent le corps de la victime, et son sang coule sur les aiguilles. La victime livre son âme peinée et tourmentée, ce qui rend les juifs ivres de plaisir.

« Parfois, [les juifs] ouvrent les artères de la victime en divers endroits, pour que le sang coule des artères. Parfois, ils assassinent l’enfant comme s’ils sacrifiaient un mouton. Ils soutirent leur sang des manières indiquées [ci-dessus], et le donnent à un rabbin, un prêtre ou un sorcier, pour qu’il serve à la fabrication de la matsa ou à de la sorcellerie…

« [Mais] il semble, à notre époque, les juifs sacrifient un mouton ou une chèvre au cours de leur pèlerinage à Jérusalem, et que les juifs tuent les hommes d’une autre manière ! »

Mashreq: « Un autre rituel pratiqué par les juifs ce jour-là: boire du sang »

Le 3 septembre 2012, le site Web de Mashreq, proche des GRI, publiait un article intitulé « La fête de Pourim – La célébration juive de l’holocauste iranien ». L’article précise que le Pourim juif marque l’holocauste du « peuple iranien », dans lequel, à l’en croire, 77 000 Iraniens ont été massacrés par les juifs, « même si des chercheurs indépendants estiment le nombre de victimes à 500 000. » [6]

L’article qualifie les sionistes de « sournois » et « pollués », qui cherchent « à conquérir le monde ». Il affirme que le massacre, le pillage, et les machinations que les sionistes perpètrent aujourd’hui contre les Palestiniens, ainsi que les menaces israéliennes contre l’Iran, découlent « de l’histoire juive et de la Torah d’Esther » et « sont les réminiscences des murmures de manigances de Mardochée et Esther contre les Iraniens à Assuérus qui ont abouti sur un holocauste de dizaines de milliers de personnes. »

L’article était accompagné de photos d’une « marche de zombies », à l’image d’autres villes à travers l’Occident, organisée pour la deuxième année consécutive à Tel-Aviv, à Pourim, pour appuyer ses propos selon lesquels en ce jour férié, les juifs non seulement se déguisent selon leur tradition religieuse et culturelle, mais boivent du sang humain.

Ci-dessous quelques extraits de l’article:

«… Un autre rituel pratiqué [par les juifs] à Pourim est une parade de zombies qui se tient en Israël. Dans ce défilé, les sionistes se déguisent en zombies – cannibales – et tiennent de fausses parties du corps humain dans leurs bouches comme un symbole de [leur] massacre des Iraniens et de [leur] soif de sang.

« Un autre rituel pratiqué par les juifs ce jour-là est de boire du sang, ou de boire [un liquide] couleur de sang – comme symbole de la soif des juifs pour le sang et de [leur] désir de répandre le sang des Iraniens. » [7]


Photos de l’article de
Mashreq[8]

Jamnews: Les juifs célèbrent « le massacre des Iraniens »

En avril 2012, le site conservateur Jamnews utilisait également une image de la marche des zombies de Tel-Aviv pour illustrer son allégation selon laquelle Pourim marque l’anniversaire du massacre de « milliers d’Iraniens par les juifs. »


Légende de Jamnews: « Photo des célébrations de la fête de ‘Pourim’ – une fête juive marquant l’anniversaire du massacre de milliers d’Iraniens par les juifs, qui avaient une influence sur le roi Assuérus ». [9]

Le vice-président iranien: Le Talmud enseigne aux sionistes à « aspirer le sang humain et anéantir les non-juifs » ; Ils « asservissent toutes les autres races » et « se considèrent comme la race des maîtres » ; « Leur but ultime est de détruire le monde »

Lors d’un discours prononcé à une conférence du 26 juin 2012 marquant l’anniversaire de la guerre contre la drogue, le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi déclarait que le Talmud est à l’origine du problème de la drogue et de sa propagation. Et d’affirmer que c’est dans le Talmud que les sionistes « apprennent à sucer le sang humain » et à « anéantir le non-juif ». Il a ensuite accusé les sionistes d’être derrière la révolution bolchevique, et affirmé qu’ils asservissent toutes les autres races.

Voici les principaux points de ses déclarations:

« Les racines de la production et la propagation de drogues se trouvent dans le Talmud, qui est relié aux sionistes ; dans [ce livre], ils apprennent à sucer le sang humain et à anéantir le non-juif… La section dans le Talmud qui traite d’économie encourage l’accaparement légal et illégal d’argent, comme réclamer un taux d’intérêt pour un prêt, le pillage et la spoliation des ressources des autres nations. C’est le point de départ du mouvement [sioniste] contre l’humanité. »

Statuant que les sionistes sont responsables de tous les conflits mondiaux, Rahimi présente comme exemple la « Révolution d’octobre en URSS, lancée par les sionistes… Il n’y avait pas un seul juif parmi [les victimes de la révolution]… Le Talmud vise à guider une poignée de sionistes à détruire le monde entier… Un des objectifs sionistes… est de créer la division entre les peuples, [ainsi qu’entre] les chiites et les sunnites. Avec l’argent qu’ils ont dépensé en Irak et en Afghanistan, le monde aurait pu prospérer ». [10]


Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad en compagnie du vice-président Rahimi
[11]

« Les sionistes se considèrent comme la race des maîtres, et selon des rapports publiés en Europe et dans les livres étrangers, ils asservissent toutes les autres races afin d’atteindre leurs objectifs… 70 % du capital de la planète se trouve en Amérique, et 80 % de cela est dans les mains des juifs américains, qui ne représentent [que] 6 % de la population américaine… L’ultime objectif des sionistes est de détruire le monde, et leur capital les aide considérablement à atteindre cet objectif…

« Les sionistes veillent scrupuleusement à ce qu’aucun d’entre eux ne développe une dépendance à la drogue et à n’utiliser l’opium que pour détruire d’autres sociétés… L’Iran est prêt à consacrer le budget [requis] pour la recherche dans ce domaine afin de prouver que ces sionistes [sont] derrière la production et la distribution de drogues dans le monde…

« Un médecin sioniste a pratiqué des hystérectomies sur plus de 80 000 femmes amérindiennes en Amérique, dans le but de faire disparaître [les Amérindiens]… Les sionistes oeuvrent contre l’humanité…

« Toute guerre ou conflit dans le monde a forcément des racines sionistes… Leur contrôle des médias du monde entier aide les sionistes à atteindre leurs objectifs…

« Bien que la fabrication de bombes atomiques soit interdite d’après les conceptions de l’enseignement religieux [iranien], les sionistes, avec l’aide de leurs médias, [ont monté] l’opinion publique mondiale contre l’Iran, [et par conséquent] l’Iran fait l’objet de sanctions ces 32 dernières années…

« L’Iran enrichit de l’uranium à des fins scientifiques et de recherche, et ces objectifs vont à l’encontre de la politique sioniste – parce que [les sionistes] veulent priver [l’Iran] d’information, de connaissances et de sciences humaines ». [12]

Dessins sur Fars: Netanyahu suce le sang des Palestiniens

Un dessin publié par Fars en novembre 2012, pendant le conflit entre Israël et Gaza, dépeint le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, comme un vampire attaquant un enfant palestinien.


« Benjamin Dracula »
[13]

Les juifs complotent de dominer le monde – suivant les Protocoles des Sages de Sion

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad: « Les sionistes sont une minorité organisée corrompue et anti-humaine… [qui opère] depuis ces 400 dernières années au moins » ; Ils « ont planifié les deux guerres mondiales », « conformément à leur éducation raciste, les sionistes se voient comme les seuls êtres humains, percevant tous les autres peuples… comme des animaux »

Dans un discours prononcé pour la Journée de Qods, le 17 août 2012, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad reprenait les déclarations de l’ayatollah Ruhollah Khomeini selon lesquelles Israël est une « tumeur cancéreuse », avant d’appeler à la création d’un « Moyen-Orient sans sionistes ». Soulignant les dommages causés par les sionistes à l’humanité au cours des 400 dernières années au moins, il les a accusés d’aspirer à dominer le monde en exploitant les « principaux centres de pouvoir » qui, selon lui, se trouvent entre leurs mains.

Voici les principaux points énoncés dans son discours: [14]

« Aujourd’hui, il est évident pour tous que les sionistes s’opposent à toute l’humanité et à la société humaine, et qu’il [le sionisme] est la principale cause du déclin des peuples…

« Ils [les sionistes] sont une minorité organisée corrompue et anti-humaine opposée aux valeurs divines… Les sionistes ne pensent qu’à la puissance, à la richesse et à contrôler les autres. Pendant ces 400 dernières années, un très petit nombre de sionistes étaient impliqués dans le pire dégât causé à la société humaine – et certains de [ces dégâts] sont irréversibles.

« Les sionistes ont planifié les deux guerres mondiales… dans le but de contrôler les autres… et puisque les sionistes dominent le gouvernement américain, toutes les affaires du monde sont sous leur emprise…

« Tous les principaux centres de pouvoir, les puissants gouvernements, les banques et les principaux médias mondiaux sont entre les mains des sionistes, ils les exploitent tous, dans le but de détruire les cultures, les valeurs, les nations et l’existence des États. Les sionistes sont derrière tous [les cas] de destruction massive, guerre morale, conflit ou massacre.

« Le régime sioniste est un outil utilisé par les sionistes pour contrôler le Moyen-Orient, et, ce faisant, [également] pour dominer le monde entier. L’existence du régime sioniste est une insulte à l’humanité tout entière… Conformément à leur éducation raciste, les sionistes se voient comme les seuls êtres humains, considérant tous les autres peuples, sans distinction de religion, de culture, de nationalité, comme des animaux… »

« Les sionistes autorisent l’assassinat d’êtres humains… S’opposer à l’existence du sionisme et au faux régime sioniste revient à préserver les droits de tous les êtres humains, à défendre la dignité humaine, et à paver la voie pour sauver toute l’humanité du colonialisme, de l’impérialisme, de la pauvreté et de la misère.

« Préserver le régime sioniste est le devoir collectif de la plupart des Etats colonialistes et impérialistes… Dans un grand pays comme l’Amérique, les candidats à la présidence doivent s’incliner devant les sionistes afin d’avoir une chance d’être élus. »

Resalat: Les Protocoles – la compilation la plus dangereuse de lois et règles de l’Histoire

Les porte-parole du régime iranien s’appuient sur des textes comme le tract tsariste russe Les Protocoles des Sages de Sion, qui a circulé dans toute l’Europe à la fin du 19e et début du 20e siècle, pour soutenir leurs déclarations concernant les juifs. Le 26 juin 2012, le quotidien iranien Resalat publiait trois articles sur les Protocoles.

« Les Protocoles juifs et les fondements du sionisme »

Le premier article, intitulé « Les Protocoles juifs et les fondements du sionisme », écrit par Mahdi Qassem Khani, affirme que les Protocoles sont un ensemble de décisions et de formules élaborées par les plus grands intellectuels juifs et rabbins pour guider [les juifs] dans la prise de contrôle du monde et la destruction du christianisme et de l’islam. Voici les principaux points de l’article: [15]

« Le [terme] ‘protocole’ revête différentes significations. Il peut, notamment, signifier projet de contrat, accord ou [autre] document officiel signé par deux ou plusieurs pays… [Mais] les protocoles juifs… sont un ensemble de décisions et de formules d’un conclave de penseurs, stratèges juifs et rabbins, destinées à dominer le monde…

« Le chercheur palestinien ‘Ajaja Nohaj a écrit… que les protocoles [juifs] constituent un plan concocté par les économistes et les propriétaires de capitaux juifs pour détruire les fondements du christianisme, l’autorité du pape et l’islam.

« Le protocole juif a été lu pour la première fois en 1897 en Suisse. [Après] l’attaque par la police secrète du tsar du quartier juif de la ville… la police a arrêté Théodore Herzl et d’autres, et leur a confisqué des documents, dont le protocole juif rédigé en Suisse…

« Les unions sionistes sont des communautés secrètes et quasi-secrètes puissantes, généralement sous contrôle juif, et elles visent à réaliser [le rêve de] la Grande Terre d’Israël. Si le public sait peu de choses sur ces communautés, celles-ci ont une grande influence sur le sort de nombreuses populations dans le monde. Dans l’un de ses résumés, Jean Azoulay [16] écrit que, dans l’ère moderne, les décisions de ces communautés – qui se prenaient dans des endroits cachés dans le monde… dans le but d’établir une domination juive sur le monde – sont beaucoup plus importantes et significatives que les décisions prises par les chefs d’Etats officiels du monde ».

« Herzl, le racisme sioniste »

Selon le second article de Resalat, « Herzl, le racisme sioniste », de Asadollah Afsar, depuis la rédaction des Protocoles, les juifs s’engagent prudemment et secrètement dans une activité visant à réaliser leurs ambitions expansionnistes grâce au mouvement sioniste et à son accomplissement dans un Etat juif. Ci-dessous les principaux points exposés dans l’article: [17]

« Le sionisme est un mouvement politique, raciste, extrémiste et qui aspirait à créer un Etat juif en Palestine, dans le but de contrôler le monde par cette voie… Le nouveau mouvement sioniste est lié à un juif d’origine autrichienne nommé Herzl, [qui était] le premier propagandiste et le fondateur de la nouvelle conception sioniste moderne.

« Théodore Herzl [était] un journaliste juif, né à Budapest le 2 mai 1860, il a obtenu un diplôme en droit à l’Université de Vienne en 1878 et son objectif principal et notoire était de mener les juifs vers la domination du monde – et le début de [la réalisation de ce] but fut la création d’un Etat pour les juifs de Palestine.

« Herzl s’est entretenu à deux reprises avec le sultan Abd Al-Hamid, [dirigeant] de l’Empire ottoman, mais sans résultat. [Dans le cadre] de la résistance au sultan Abd Al-Hamid, les juifs du monde ont uni leurs efforts pour renverser l’Empire ottoman et détruire le califat islamique.

« Herzl a convoqué le premier congrès sioniste en 1897. Il a exploité l’affaire Dreyfus, l’utilisant souvent [à ses fins]… [Herzl] a réussi à rassembler les juifs du monde depuis leurs [lieux] lointains. De même, il s’est rallié les rabbins juifs qui ont élaboré le [tract] de lois et de décisions le plus dangereux de l’histoire du monde, sous le nom (Les Protocoles des Sages de Sion). [Ce livre est le fruit] d’ouvrages déformés de juifs qui revêtent une grande sainteté [aux yeux des juifs].

« Depuis lors, les juifs ont renforcé leurs organisations et se sont engagés prudemment et secrètement dans des activités [pour] accomplir leurs [ambitions] d’expansion et d’oppression – [ambitions] qui sont à présent évidentes aux yeux de tous. » [18]

Les juifs utilisent Hollywood pour appliquer les Protocoles

Le 26 décembre 2012, Resalat publiait un article intitulé « L’Art de vivre Hollywood », par Reza Afsari, statuant que Hollywood, comme la plupart des médias, était contrôlé par les juifs qui l’exploitent pour contrôler le monde. Afsari puisait également ses conclusions des Protocoles des Sages de Sion. Ci-dessous les principaux points de son article: [19]

«… Il est intéressant de noter que [sur] une liste des 100 personnes les plus importantes d’Hollywood, les 12 premiers sont tous juifs. Les dirigeants juifs du cinéma ont averti maintes fois que Hollywood est un endroit sûr pour faire leurs millions. Le juif Steven Spielberg a annoncé officiellement que plusieurs millions de dollars des bénéfices de son film étaient consacrés à la perpétuation de la mémoire de l’Holocauste.

« Statistiquement, les directeurs de la plupart des chaînes par satellite, stations de radio, journaux et médias tels que Warner Brothers, Walt Disney, Dreamworks, NBC et ABC sont tous des juifs, et sont considérés comme faisant partie de l’élite qui domine le système de propagande médiatique du sionisme international – alors que seulement 4 % de la population américaine est juif.

« Le style et le contenu des projets hollywoodiens sur écrans de cinéma est essentiellement anti-moral et anti-humain, en contradiction totale avec les fondements familiaux. Les sociétés hollywoodiennes ont investi un capital important dans ce domaine, en particulier dans la dernière décennie. Un regard sur le contenu de la plupart des films produits à Hollywood laisse penser que l’un des objectifs principaux du cinéma occidental, en particulier le cinéma américain, est de répandre des croyances perverties…

« En relisant les protocoles mondiaux des juifs, il est facile de comprendre que le sionisme international ne prend en compte aucun autre objectif qu’une domination totale sur le monde et l’établissement d’un contrôle exclusif mondial – et, pour ce faire, il a choisi de propager des superstitions religieuses comme l’une de ses principales stratégies… »

Un chercheur iranien: les juifs contrôlent l’Europe

Selon un article du 22 avril 2012 sur le site de IRINN, la télévision d’Etat iranienne, du chercheur iranien Hamid Khosh-Ayand, les juifs luttent pour une domination totale de l’Europe.

Ci-dessous l’article de Kosh-Ayand:

« Le dangereux contrôle par le peuple juif sur l’histoire de l’Europe, et son infiltration dans les différents systèmes politiques, sociaux, économiques, culturels et sécuritaires, ainsi que dans divers domaines de la vie sociale là-bas, est une histoire exceptionnelle, inhabituelle et de longue haleine ; en un regard approfondi nous permettra de l’appeler ‘la dictature de la minorité juive sur la société européenne’.

« D’un regard sur l’évolution historique de l’Europe, et en particulier sur des événements de son histoire moderne, on peut dire avec une complète certitude que les juifs jouissaient d’un statut influent et important dans tous les équilibres [du pouvoir] régionaux et supra-régionaux en Europe, et dans tous les domaines. De même, les juifs ont acquis un grand poids politique, plus important et plus efficace que tout autre groupe – notamment en imposant des points de vue et des processus en planifiant et l’organisant les infrastructures de ce continent à travers l’histoire.

« La raison à cela est, plus que tout, l’influence systémique des juifs et du lobby juif sur les institutions sociales et les organisations politiques, économiques et industrielles – en général, tout en étant exploitant pleinement les préceptes religieux afin de parvenir à une totale prise de contrôle juive de ce continent. »

Accordant une attention particulière aux juifs en France à travers l’histoire, Khosh-Ayand explique que « parmi les pays européens, la France est le seul dans lequel la communauté juive qui y vivait représentait une ‘force indéniable’, et jouait un rôle important dans la plupart des événements politiques, économiques et sociaux du pays. »

Après un examen de l’influence des juifs français sur l’économie française, il conclut que « le pouls de l’économie française est dans les mains des juifs… [qui] y jouent un rôle important, et qui en détiennent l’essentiel entre leurs mains. Le frère de [l’ancien président français] Nicolas Sarkozy, le candidat présidentiel français aux tendances juives, se classe au deuxième rang des plus grands détenteurs de biens de France. Les juifs français font partie des plus grands détenteurs de richesses du pays, et il est impossible de dépeindre [l’activité] de différents centres économiques, commerciaux et de service sans parler de la présence importante de commerçants juifs. La France est l’un des rares pays occidentaux où les juifs possèdent des richesses et des propriétés d’une telle ampleur, et dirigent même des manufactures, des usines de munitions et des installations militaires. »

Khosh-Ayand poursuit: « La principale raison des liens privilégiés de la France avec Israël depuis la création de celui-ci est la forte présence des juifs qui sont des ressortissants français dans les systèmes politiques, économiques et sociaux [français]. » Il conclut que « Sarkozy était [un président] qui représentait les juifs, et leur puissant joueur, cinq ans durant dans le Palais de l’Elysée – [et cela est flagrant] puisque que les résultats de sa politique au cours de cette période ont prouvé qu’il accordait une attention particulière aux juifs et qu’il leur était redevable. » [20]

Les juifs utilisent les Pays-Bas comme une base pour conquérir l’Europe

Le 12 décembre 2012, le site du YCJ iranien (Young Journalists Club) publiait un article en réaction au refus des Pays-Bas devant l’ONU d’élever le statut des Palestiniens à celui d’« Etat observateur non membre. » L’article indiquait que le peuple juif avait réussi son plan de disperser les juifs dans les principaux pôles d’influence médiatiques et économiques néerlandais, et que les Pays-Bas sont utilisés par les juifs comme une base pour conquérir l’Europe.

Voici les principaux points exposés dans l’article: [21]

«… La Hollande [sic] est-elle en principe un Etat juif ? Elle peut [certainement] être considérée comme un Etat sûr pour les juifs. À l’heure actuelle, 32 800 juifs y résident. En 1524, le peuple juif a décidé d’utiliser la Hollande comme l’une de ses bases, et c’est ce qu’il a fait depuis. Par conséquent, dans le cadre d’un plan calculé, à long terme, [les juifs] se sont dispersés dans divers endroits à travers le pays [pour commencer à installer] leur influence. A différentes époques de l’histoire, et surtout pendant la Seconde Guerre mondiale, la Hollande a défendu les juifs…

« Le réseau [néerlandais] Nikmedia, dont des directeurs sont juifs, produit de nombreux programmes anti-Islam qui présentent Israël comme un État sous répression qui a le droit [d’exister], tandis que les musulmans à travers le monde sont montrés comme des terroristes qui cherchent à détruire le monde entier.

« L’un des plus hauts responsables du régime sioniste a vu la Hollande comme un endroit approprié pour les objectifs commerciaux du régime sioniste, et a conseillé aux dirigeants juifs de ce régime [Israël] à investir beaucoup de capitaux dans ce pays [les Pays-Bas]. Grâce à leurs relations commerciales étendues avec la Hollande, les juifs utilisent ce pays comme une base pour conquérir l’Europe.

« La Hollande est le deuxième plus important centre d’importation de produits israéliens. Le régime sioniste exporte [en Hollande] des produits s’élevant à 2,5 milliards de dollars par an, pour la plupart des produits pharmaceutiques, des ordinateurs, des fruits et des légumes. Le géant pharmaceutique mondial Teva, aux origines juives établies, a installé l’une de ses plus grandes usines en Hollande. La Hollande [pour sa part] exporte chaque année environ un milliard de tonnes de ses biens en Israël, pour renforcer ses relations avec les juifs riches. »


Photo: YJC.ir
[22]

Chronique de Press TV sur « Le viol de la Grèce par les banquiers sionistes »

Le 10 juillet 2012, le site iranien Press TV publiait une chronique intitulée « Le viol de la Grèce par les banquiers sionistes » de Mike Stathis, qualifié par le site, de « l’un des experts financiers les plus perspicaces et créatifs d’Amérique » et « le seul expert qui a prédit l’apocalypse financière dans les détails ». Dans sa chronique, Stathis accuse le « Cartel bancaire juif », selon lui un élément central de la « mafia juive », d’être responsable de la crise économique européenne, en particulier de l’effondrement de l’économie grecque. Il affirme que cette crise résultait d’un complot délibéré des juifs pour pousser le Fonds monétaire international à émettre des recommandations concernant la Grèce qui faciliteraient la prise de contrôle des juifs sur les biens publics grecs et leur accumulation de capitaux et de pouvoirs.

Selon Stathis, la source des problèmes économiques est le bloc Euro. Ces pays, selon lui, étaient voués à l’échec dès le départ en raison de la disparité de l’économie des Etats membres de l’UE, de leur commerce, et de la base fondamentale de leurs pays, et « en tant que véritable architecte de l’UEM, le Cartel des banques juives a compris que l’euro pourrait créer des problèmes économiques pour les Etat-membres de l’ESE [Europe du Sud-Est]. Mais il ne l’a pas révélé aux dirigeants allemands et français. Au lieu de cela, ils ont promu l’euro comme une passerelle vers une plus grande prospérité économique pour les nations de l’EN [Europe du Nord] afin de gagner le soutien de l’Allemagne et de la France. Le seul problème était que les banquiers ont négligé de mentionner des dettes éventuelles qui pourraient faire surface lorsque les nations de l’ESE s’effondreraient. »

Se référant à la demande du FMI en faveur d’une politique de privatisation, Stathis a déclaré: « Les politiciens européens furent portés à croire que les recommandations du FMI étaient dans le meilleur intérêt de la population. Pourtant, une tendance erronée du FMI vers l’austérité continue de nuire à l’économie européenne dans son ensemble. Ce n’est pas par hasard que le FMI sert de bras au cartel bancaire juif, qui est lui-même le composant principal de la mafia juive ».

Stathis poursuit: « Ainsi, le FMI a un intérêt à empirer encore la situation de l’économie grecque, car cela permettra au cartel bancaire juif de s’emparer des aéroports, des ports maritimes, des sociétés de services publics grecs ainsi que d’autres biens essentiels à des prix dérisoires. Par la suite, ils soumettront la population grecque à leurs propres termes financiers.

« Et enfin, la section de l’ingénierie sociale de la mafia juive entrera dans la scène du crime afin d’assurer la fin de la religion, la culture, la solidarité et le patrimoine grecs. Nous assistons aujourd’hui le viol de la Grèce par le cartel bancaire juif ». * E. Zigron est chargé de recherche au MEMRI ; A. Savyon est directrice du projet des médias iraniens.

————————————————————

[1] Tehran Times (Iran), le 18 octobre 2011.

[2] Mou’ud est l’organe de l’Institut Mouad-e Esr ??? basé à Téhéran, qui traite de la question de la doctrine du Mahdi.

[3] Il n’y a eu aucun pèlerinage juif à Jérusalem depuis la destruction du Second Temple, en 70 de l’ère commune.

[4] Mou’ud (Iran), 21 septembre 2012.

[5] Fars (Iran), 30 septembre 2012. L’article a paru dans Mou’ud le 21 septembre 2012.

[6] Basé sur la Méguila d’Esther juive, les événements datent approximativement de l’an 400 de l’ère commune, sous l’Empire perse achéménide.

[7] Mashreq (Iran), 3 septembre 2012.

[8] Mashreq (Iran), 3 septembre 2012.

[9] Jam News (Iran), 4 avril 2012.

[10] Entekhab.ir (Iran), 26 juin 2012.

[11] Entekhab.ir (Iran), 26 juin 2012

[12] IRNA (Iran), 26 juin 2012.

[13] Fars (Iran), 18 novembre 2012.

[14] Fars (Iran), 17 Août 2012.

[15] Resalat (Iran), 16 juin 2012.

[16] Une recherche dans les sources persanes ont émis le nom d’un chercheur juif français qui, dans un livre de 1926 de Muhammad Ahmadi, était appelé le « chercheur sioniste » et qui aurait dit « Israël vaincra non seulement l’Amérique, mais l’ensemble du monde » (p. 40). Voir, entre autres, Fars, Iran, 8 janvier 2008 ; Hawzah.net, numéro 41, mai-juin 2009.

[17] Resalat (Iran), 26 juin 2012.

[18] Resalat (Iran), 26 juin 2012.

[19] Resalat (Iran), 26 décembre, 2012.

[20] IRINN.ir, 22 avril 2012.

[21] YJC.ir (Iran), 12 décembre 2012.

[22] YJC.ir (Iran) 12 décembre 2012.

 

L’image du juif aux yeux du régime islamique iranien – Partie III : déshumaniser les juifs dans des caricatures inspirées de l’antisémitisme européen classique
Par: E. Zigron *

Introduction

Ce rapport, le troisième d’une série portant sur l’image du juif aux yeux du régime islamique iranien, traite de la représentation du juif dans des caricatures publiées sur des sites iraniens officiels, qui seront comparées aux caricatures antisémites européennes et aux images du juif dans les siècles passés. L’observation de ces caricatures iraniennes révèle une intention manifeste de déshumaniser les juifs – afin d’installer une distance émotionnelle et de justifier leur mise à l’écart.

Ces caricatures représentent les juifs sous la forme d’animaux considérés comme cruels ou perçus comme négatifs pour d’autres raisons: des serpents, des porcs, des loups, de la vermine, etc., laissant entendre que les fuir ou même les tuer peut être considéré comme primordial pour protéger la vie humaine.

Le régime iranien puise son inspiration à plusieurs sources. Tout d’abord, les motifs rappellent incontestablement l’antisémitisme européen classique: par exemple, les représentations médiévales du Judensau, de juifs tétant du lait de truie, ou encore le serpent, motif principal des Protocoles des Sages de Sion. Deuxièmement, le régime s’inspire de thèmes islamiques: les juifs sont représentés comme descendant des singes et des porcs, ce dont le Coran fait mention. Enfin, ces caricatures présentent un motif exclusivement perse et iranien de juifs incarnés par des chiens. Or une certaine tradition perse présente le chien non seulement comme impur, mais aussi comme intouchable.

Ci-dessous des exemples de caricatures visant à déshumaniser les juifs, publiées sur des sites web officiels du régime iranien.

Le juif comme serpent

Dans l’Europe de la fin du 18e siècle, et jusqu’au début du 20e siècle, le Juif était fréquemment représenté comme un serpent, symbole de ruse et de trahison. Les caricaturistes iraniens marient souvent le serpent à l’étoile de David.

Source


Dreyfus, le juif. Collection du Musée des Horreurs, France, 1900. [1]

L’adaptation iranienne

Une publication iranienne (dont MEMRI déteint un exemplaire), portant sur les Protocoles des Sages de Sion, montre la prétendue dissémination des juifs à travers les terres musulmanes, sous la forme de serpents flanqués d’étoiles de David (voir Dépêche spéciale de MEMRI n° 98, The Protocols of the Elders of Zion, an Iranian Perspective, 7 juin 2000).

Javan (Iran), 24 août 2012


Javan (Iran), 16 mai 2012


Fars (Iran), 20 août 2012


Nassim (Iran), 15 septembre 2012


Nassim (Iran), 27 octobre 2012


Fars (Iran), 16 septembre 2012


Javan (Iran), 19 mai 2012


Javan (Iran), 9 septembre 2012


Javan (Iran), 16 septembre 2012


Fars (Iran), 20 décembre 2012


Fars (Iran), 30 janvier 2013

« Judensau » – La truie des juifs
Judensau, « la truie de juifs », est un motif antisémite visuel datant du Moyen Age, présent dans des sculptures et dessins de l’époque et montrant des juifs tétant une truie.

La source


Wittenberg: Wolfgang Meissner (Allemagne), 1596[2]

Judensau à la cathédrale de Ratisbonne, Allemagne.[3]

La version iranienne


Rahma, Fars (Iran), 7 septembre 2012

Le juif comme ver

Les juifs furent représentés en Europe comme des vers qui rongent la société et l’humanité de l’intérieur, jusqu’à la pourrir. Les caricaturistes iraniens utilisent le même motif avec la même intention.

Source

Der Stürmer (Allemagne), novembre 1931 [4]

L’adaptation iranienne

Javan (Iran), 3 octobre 2010


Fars (Iran), 15 août 2012


Gerdab (Iran), le 16 mai 2011


Awalnews.ir (Iran), 4 décembre 2012


Fars (Iran), 18 novembre 2012

Le juif comme araignée

Des dessins européens montraient les juifs comme des araignées piégeant des nations ou même le monde entier dans leurs toiles ; des caricaturistes iraniens contemporains ont adopté ce motif.

Source

Der Stürmer (Allemagne), février 1930[5]

L’adaptation iranienne

Javan (Iran), le 23 avril 2012


Rahma, Fars (Iran), 29 juin 2012

Le juif comme pieuvre

Comme dans les représentations européennes, le motif du juif comme pieuvre aux tentacules pouvant tout atteindre est utilisé par les caricaturistes iraniens.

Source


Caricature antisémite de Josef Plank, vers 1938[6]

L’adaptation iranienne

Qodsna (Iran), 11 novembre 2012

Les juifs comme vermine

En Europe, les juifs étaient souvent dépeints comme de la vermine – créatures nocturnes qui propagent des maladies, suscitant peur et dégoût. Le régime iranien les imite.


Source


« Les rats. Détruisez-les », affiche du Danemark occupé des années 1940[7]
Das Kleine Blatt (Vienne), 2 février 1939. [8]

L’adapation iranienne


Javan (Iran), 6 août 2012

Fars (Iran), 18 août 2012


Jam News (Iran), 3 juillet 2012


Fars (Iran), le 25 mars 2013


Fars (Iran), 18 novembre 2012


Javan (Iran), 17 mai 2011


Jam News (Iran), 17 avril 2012


Fars (Iran), 12 avril 2012


Fars (Iran), 26 août 2012

Le juif comme loup

Des caricaturistes iraniens ont adopté la représentation européenne du juif comme loup vorace.

Source


Der Stürmer (Allemagne), 1943.[9]

L’adaptation iranienne


Zitova.ir (Iran), 20 mai 2012


Fars (Iran), 5 juin 2012

Les juifs descendants des singes et des porcs

Des caricatures antisémites iraniennes utilisent également le motif antisémite islamique dépeignant les juifs comme les descendants de singes et de porcs, issu du Coran (5:60).


Rooz (Iran), 2 février 2013


Fars (Iran), 16 septembre 2012

Le juif comme chien

Des caricatures iraniennes dépeignent les juifs comme des chiens, animaux considérés comme impurs et intouchables dans la société iranienne.


Fars (Iran), 3 décembre 2012


IRNA (Iran), 19 septembre 2012


Fars (Iran) 14 novembre 2011

Aviny News (Iran), 29 janvier 2012

Fars (Iran), le 16 avril 2013

* E. Zigron est chargé de recherche au MEMRI.

————————————————–

[1] http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=789

[2] Einblattdruck mit Darstellung der Wittenberger Judensau (Wittenberg: Wolfgang Meissner 1596), http://digitalcommons.usu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1284&context=etd

[3] http://www.concordatwatch.eu/showkb.php?org_id=858&kb_header_id=43191&kb_id=3697

[4] Un « ver juif » ronge la pomme de « l’économie allemande. » Texte: « Quand quelque chose est pourri, le juif est derrière. »
http://www.antisemitism.org.il/eng/Arab_Anti_Semitism

[5] Une « araignée juive » attrape des Allemands dans sa toile et « les saigne », le dessin est titré: « Les saignés. » http://www.antisemitism.org.il/eng/Arab_Anti_Semitism

[6] http://www.antisemitism.org.il/eng/Arab_Anti_Semitism

[7] http://www.nybooks.com/blogs/nyrblog/2011/oct/20/why-mice/

[8] Des rats juifs balayés hors d’Allemagne se voient refuser l’admission dans des pays démocratiques qui attaquent la politique antisémite nazie. http://notthelatestnews.blogspot.co.il/2012/02/nazi-editorial-cartoon-on-jews-1939.html

[9] Le dessin, intitulé « La philosophie du loup » montre le loup de « la culture bolchevique » aux yeux en forme d’étoile de David dévorant un mouton. Texte: « Rebbich, un mouton sait ce qui lui arrive seulement quand il est dévoré. » http://www.antisemitism.org.il/eng/Arab_Anti_Semitism

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d’accès, visiter le site http://www2.memri.org/french/