L’EXODE – partie II

Certaines personnes, en canot sur un lac, dans la nature sauvage, font l’expérience de la LIBERTE.

Pour ma part, je me sens libre quand je me trouve à court d’excuses !

Il y a quelque chose que je tiens beaucoup à faire,

Mas je ne veux pas le faire.

Donc, je blâme ma femme, mes enfants, mon âge, ma jeunesse, mon enfance, mon propriétaire et mon employeur.

Cela me travaille pendant un certain temps -un jour, un mois, un an- mais enfin, inévitablement, arrive le point où il n’y a plus d’excuse.

Quel soulagement !! Je prends une profonde respiration, exaltante. Je me sens plus léger

Maintenant, c’est juste MOI, face à MOI, Mon moi intérieur et mon moi extérieur, Ma motivation et mon auto-inertie

Et, que le meilleur gagne !

En réinterprétant l’exode Égypte, nous pouvons appeler cela L’EXODE, partie II.

Nous lisons que la dernière des dix plaies a finalement brisé l’esprit des Égyptiens et après quatre générations d’esclavage, les enfants d’Israël marchèrent triomphants hors de Égypte, faisant enfin cuire les Matzahs* au soleil.

Puis, nous avons le tableau suivant :

-Sept jours plus tard-

Les hébreux se promènent tranquillement à travers le désert quand ils regardent par-dessus leurs épaules et voient les égyptiens les poursuivre .

Il semble que marcher sur Égypte ne va pas faire l’affaire.

Nous allons avoir à diviser une mer avant de pénétrer dans le Sinaï.

Que s’est-il passé ?

Les égyptiens n’ont –ils pas été vaincus d’une manière décisive ?

L’impuissance de leurs dieux n’a-t-elle pas été suffisamment démontrée ?

Leur fier pharaon profondément humilié n’est-il pas venu dans son pyjama au milieu de la nuit, littéralement mendier à Moise et Aaron d’évacuer leur peuple de sa terre, le plus rapidement possible ?

Alors qui est ce puissant pharaon qui se matérialise, comme un mirage dans le désert, sur nos talons, avec une armée de chars de guerre et de cavaliers ?

Il existe, en effet deux phases distinctes de la quête humaine de la liberté.

C’est pourquoi nous avons l’Exode d’Egypte et le fractionnement de la mer .

Il existe deux types d’esclavage

Il y a une sorte d’esclavage dans lesquelles les chaines qui entravent nos âmes, sont imposées de l’extérieur – comme lorsque votre patron vous incendie, votre propriétaire augmente votre loyer et votre belle-mère s’impose pour le week-end.

Ensuite, il y a l’esclavage interne qui vient de nos propres entraves auto-imposées – notre colère, notre vanité, notre paresse, notre avidité-

Il est facile de se croire libre quand on surmonte une limite imposée de l’extérieur.

Nous sommes choqués et surpris de découvrir que pharaon nous poursuit après que nous ayons échappé à son emprise.

Mais le pharaon qui tente de nous enfermer dans le désert est un pharaon que nous avons fait sortir Égypte avec nous.

Nous avons été libérés de Égypte qui nous avait enfermés de l’extérieur, mais nous n’avons pas encore de-transcendé Égypte en nous-mêmes

Pour ce faire, nous devons pénétrer en nous, dans les profondeurs de notre être pour y découvrir notre vraie nature et ouvrir enfin notre mer intérieure !

Tauber Yanki

*Matzahs : pains sans levain que l’on peut faire cuire au soleil sur une pierre, sans four… il suffit d’être dans un désert !

http://www.fr.chabad.org/