Mots-clefs

,

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2015/10/we-get-it-obama/

Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Je voulais écrire au sujet de la façon dont l’ambassadeur américain à l’ONU, Samantha Power, a été chargé de boycotter le discours du Premier ministre Netanyahu, mais Elliott Abrams m’a devancé:

 

Pensez  que cette instruction, ne peut venir que de la Maison Blanche, c’est vraiment mesquin. S’asseoir dans un siège et écouter Netanyahu ce n’est pas approuver ses constatationss, c’est la politesse que nous devons à un allié. ……

 

Le Secrétaire d’Etat Kerry n’y était pas non plus. Soi-disant, appelé à participer à une vidéo-conférence avec le président Obama. Abrams a continué à appeler cela un  » point abject des sept années de la diplomatie d’Obama. »

 

Ce qui me frappe c’est qu’il n’y avait absolument rien à gagner de cet exercice. Il n’y a aucun moyen que Netanyahu puisse torpiller l’offre Iran d’Obama, il n’y a actuellement aucune négociation en cours avec l’Autorité palestinienne, et Netanyahu ne se présente pas pour l’élection au bureau de Premier Ministre. Tout ce qu’il peut faire c’est de pouvoir faire une déclaration que le président traite notre PM, et donc notre nation, avec mépris.

 

Il a fait ce geste à un moment où le régime iranien annonce presque tous les jours qu’il a l’intention de détruire Israël, et que les Arabes de Jérusalem et de la Judée / Samarie – incités à le faire par le Président de l’AP Mahmoud Abbas – intensifier le terrorisme à tous les niveaux, jets de pierres, coups de couteau, bombes incendiaires et fusillades. Quatre Israéliens ont été assassiné cette semaine et de nombreux autres blessés ou terrifiés.

 

Nous l’avons compris, Obama. Nous savons que vous ne nous aimez pas pour des raisons idéologiques profondes. Nous avons su l’été dernier lorsque vous avez pris position pour le mauvais côté lors de notre conflit avec le Hamas dans la bande de Gaza, et à ​​tant d’autres occasions depuis que vous êtes président. Nous l’avons compris que vous voulez nous voir avec des frontières indéfendables entouré d’ennemis armés jusqu’aux dents par l’Iran avec l’argent que vous leur avez fourni dans le cadre de votre accord sur le nucléaire.

 

Nous l’avons compris que vos sympathies vont au monde musulman, pas vers le «colonialisme» Occidental, que vous considérez comme la racine du mal dans le monde. Nous avons compris comment votre paresse intellectuelle et l’ignorance qui vous a amené à accepter la vision du monde post-colonial global anti-occidental et le récit ‘palestinien’ en particulier.Vous l’avez entendu de vos mentors Edward Said et Rashid Khalidi, entre autres, et vous n’avez pas eu les outils pour distinguer le vrai du faux.

 

En fait, tout cela est un problème pour nous, c’est un problème beaucoup plus pour le peuple Américain, qui est nerveux au sujet de votre apparent anti-américanisme et de votre proximité aisée à l’islam, qui ne fait pas confiance à l’Iran et ne voit pas comment l’entente que vous faites ne va pas maintenir son soutien aux régimes de terreur et va lui permettre l’accession aux armes nucléaires.

 

Mais vous ne savez pas comment jouer élégamment. Peut-être avez-vous pu nous berner à un moment donné – vous avez certainement trompé de nombreux Américains, et continuez à tromper ceux qui ont été séduits par le culte sirupeux de la personnalité que vos flagorneurs ont construit autour de vous. Mais des mouvements stupides comme celui-ci vous en éloigne.

 

Israël n’a pas confiance en vous. On vous connaît. Nous vous connaissons bien – les deux le peuple juif et la direction de l’Etat d’Israël – qui sont ceux qui nous méprisent. Nous avons une histoire de milliers d’années de traitement avec votre genre. Contrairement à vous, notre Premier Ministre a étudié l’histoire, pas seulement l’idéologie. Nous savons mieux que quiconque d’accepter vos assurances ou de croire à vos promesses.

 

Israël prendra les mesures qu’il doit prendre pour se protéger malgré vos tentatives pour l’empêcher de le faire. Et je souhaite que le futur président américain renforcera la relation entre les deux peuples qui aiment la liberté et la démocratie que vous avez  tenté si douloureusement à mettre en pièces.