Étiquettes

, ,

Comment Obama nous a trompé sur les concessions qu’il faisait à l’Iran  – Malaassot – le blog de mordehai – ! ברוך הבא.

Par ANDREW C. MCCARTHY

http://www.nationalreview.com/article/422363/obama-iran-negotiations-new-documents-rouhani-ahmadinejad 

Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Si ce que de hauts responsables iraniens disent est vrai, la duplicité de l’administration Obama en expliquant ses négociations nucléaires avec l’Iran est encore plus stupéfiante que nous avons réalisé. Dans un nouveau rapport, MEMRI (l’Institut de Recherches Médiatiques du Moyen-Orient) révèle que, selon des responsables iraniens, l’administration Obama a entamé des négociations secrètes avec l’Iran pas après l’élection 2013 du président Hassan Rouhani, mais plutôt en 2011, lorsque Mahmoud Ahmadinejad était encore le président de l’Iran . 

 

Cela signifie que l’administration n’a pas attendu que l’Iran soit gouverné par Rouhani, le soi-disant « pragmatique » modéré vu par l’administration Obama comme l’antithèse des iraniens « durs » qui soi-disant s’opposent à l’accord Iran. Il s’est étendu lorsque Ahmadinejad, l’impénitent a lancé un « Mort à l’Amérique, mort à Israël » sans vergogne jusqu’au-boutiste, il dirigeait alors le gouvernement de l’Iran.

 

Pour être clair, ces distinctions sont absurdes. En Iran, le président n’est pas responsable; le président est subordonné aux juristes de la charia de la nation, dont le chef est le « chef suprême », l’ayatollah Ali Khamenei. Comme je l’ai observé la semaine dernière, Khamenei est un jusqu’au-boutiste. Alors que Rouhani – est un protégé de l’ayatollah Ruhollah Khomeini , le fondateur du régime djihadiste de l’Iran. Rouhani, un ami intime et conseiller de Khamenei, a été un ardent défenseur du programme nucléaire de l’Iran et un chef de file dans l’écrasement des manifestations dissidentes. Il n’y a pas de différence significative entre l’Iran de l’ère Ahmadinejad et celle de l’ère Rouhani.

 

Néanmoins, l’administration Obama promu la fiction que l’élection de Rouhani – qui n’aurait pas été autorisé à rouler si Khamenei s’était opposé – a marqué un tournant de l’espoir iranien vers la modération. Ceci, nous deions y voir, comme une justification digne pour nous engager dans des négociations directes avec le régime sur son programme nucléaire. 

 

Cependant, selon le guide suprême Khamenei, Obama lui-même a tendu la main à Khamenei en 2011, en utilisant le dictateur d’Oman, le sultan Qabus ibn Saïd, comme intermédiaire. L’interprétation du régime iranien de ce Qabus qui leur a dit que les Américains  » voulaient résoudre la question du nucléaire et lever les sanctions dans les six mois, tout en reconnaissant l’Iran comme une puissance nucléaire. » C’est sur cette base, que Khamenei prétend, qu’il a été d’accord.

 

Si cette version des événements est vraie, alors la suggestion que l’élection de Rouhani a marqué un tournant est non seulement une absurdité offerte par une administration prédisposée à l’apaisement. C’est la couverture  d’une initiative qui était déjà en bonne voie. Bien sûr, on n’a pas ouvertement parlé de cette initiative dans les jours d’Ahmadinejad parce Obama faisait campagne pour un second mandat.

 

Les responsables iraniens affirment également, selon le rapport de MEMRI, que John Kerry jouait déjà un rôle clé dans les négociations dans les étapes pré-Rouhani – alors que Hillary Clinton était encore secrétaire d’État et Kerry, un allié clé d’Obama, il était encore président du comité des relations étrangères du Sénat. Le rapport rapporte que le-sénateur Kerry, a utilisé également Oman comme intermédiaire, et a relayé une lettre au régime de Téhéran  » indiquant que l’Amérique reconnaît les droits de l’Iran concernant le cycle d’enrichissement. »

 

Si cela était vrai, cela constituerait une trahison majeure. Pendant longtemps telle a été la position des États-Unis de la reconnaissance d’un «droit inaliénable» à l’énergie nucléaire pacifique dans le Traité de non-prolifération des armes nucléaires et ne se traduit pas en un droit à toute voie particulière à une telle puissance, en particulier un droit d’enrichir de l’uranium . Cette position américaine a toujours été une pomme de discorde pour l’Iran. En effet, l’insistance inflexible de l’Iran sur la reconnaissance internationale d’un droit à l’enrichissement est l’une des principales raisons pour plusieurs années d’impasse entre l’Iran et l’Occident, avec des sanctions sévères portées contre l’Iran sur la base des résolutions du Conseil de sécurité interdisant les activités d’enrichissement du pays.

 

L’administration Obama a maintes fois signalé au Congrès et au public qu’il tenait le cap contre un droit à l’enrichissement. En fait, comme Henry Sokolski et Greg Jones du Centre d’Enseignement Politique de non-prolifération noté à la National Review, quand Barack Obama a annoncé  « l’accord intérimaire » avec l’Iran à la fin de 2013, l’administration n’a pas manqué d’assurere que l’ accord intérimaire « ne concède pas à l’Iran le droit d’enrichir de l’uranium « .

 

Avec sagesse, Sokolski et Jones avaient détecté la capitulation qui pointait à l’horizon: Le Secrétaire d’Etat Kerry et le président Obama affirmaient que les États-Unis n’avaient pas reconnu ce droit, mais que ce n’était juste qu’un détail technique – sous entendu que les États-Unis semblent disposés à accorder ce droit à l’Iran une fois la solution du suivi complet sera atteint entre les P5 + 1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne) et l’Iran. En deux endroits distincts de l’accord intérimaire il est dit, « Cette solution complète impliquerait un programme d’enrichissement mutuel défini. » Notez que le texte dit «serait», pas «pouvait» et non «pourrait».

 

Maintenant, si ce que les responsables iraniens disent est vrai, nous savons que l’administration Obama avait déjà reconnu un droit à l’enrichissement à l’Iran . 

 

En outre, il y a de plus, de bonnes raisons de conclure que les Iraniens sont une source fiable sur ce point. Puisque le « droit à l’enrichissement » a été leur point essentiel depuis le début de l’ordre du jour, il était sans aucun doute un facteur clé dans la décision du régime à engager dans des négociations avec Obama qui avait tellement de hâte de le conclure. En outre, l’Iran a été cohérent dans ses déclarations publiques sur cette question, alors que l’administration Obama a été fuyante au point d’être embarrassée. La capitulation d’Obama est un désastre pour la sécurité nationale. Non seulement il va armer inexorablement le premier sponsor du terrorisme d’Etat au monde avec des armes nucléaires. Il n’y a aucun droit de ne concéder qu’à l’Iran le droit d’enrichir de l’uranium sans concéder ce droit à chaque nation d’enrichir de l’uranium. 

 

Le président est obsédé par l’élimination des armes nucléaires, et qui ne peut pas faire le tri entre les gentils et les méchants, a réussi à créer une course aux armements nucléaires qui va habiliter les méchants.