Mots-clefs

La quenelle de Nicolas Anelka :

plaisir de nuire, joie de décevoir…

Par Bruno Roger-Petit le 28 décembre 2013

http://blog.lefigaro.fr/football/bruno_roger-petit/2013/12/anelka-et-la-quenelle-plaisir-de-nuire-joie-de-decevoir.html

Un but et une quenelle. Et c’est signé Anelka, bien évidemment. Qui d’autre pouvait concevoir such provocation en cette fin d’année 2013 ? Seul le cerveau fertile de Nicolas Anelka, en préretraite à West Bromwich Albion, pouvait oser commettre ce que l’on ne pensait pas voir commis sur un terrain de football. « Plaisir de nuire, joie de décevoir », telle est la devise de Nico depuis des années. Donc, allons y pour une quenelle après un but marqué contre West Ham. Sacré Nico, disciple de Dieudonné ! Quel petit plaisantin.

Mais bon, pour tout dire, on est un peu déçu. Une quenelle en cette fin 2013, c’est assez commun. Banal même.

Nico, tu as manqué d’ambition. N’en reste pas là Nico. Tu es trop bien parti. Tu peux faire mieux. Sois plus rebelle. Hausse ton niveau de provoc’. En plus, la quenelle, tu l’avais déjà faite en compagnie de Dieudonné. On sait que t’en es cap’. Là, c’est du petit Anelka. C’est pas terrible en fait. Et puis franchement Nico, combien de spectateurs présents dans le stade du Boleyn Ground ont compris le truc ? C’est quand même très franco-français, pour le moment, la quenelle.

Encore une petite pour la route Nico ? La prochaine fois, ne la joue pas petit bras (c’est le cas de le dire) sois over transgressif, hisse toi au top de la rebelle attitude… Ta quenelle, fais là sur la pelouse de White Hart Line, chez les Spurs, là où tout plein de supporters anglais ont de bonnes raisons de savoir ce que se signifie, en France, la quenelle. Une quenelle à White Hart Line, ça, serait palace pour toi Nico. De la vraie provocation belle et rebelle.
Le problème, c’est que West Bromwich Albion a joué à Tottenham le 26 décembre, jour de Boxing day. Il va falloir attendre pour recommencer. C’est ballot, à deux jours près. Dommage que tu n’aies pas inscrit un but ce jour de Boxing day, Nico, parce que une quenelle devant ces tribunes là, ça t’aurait valu une récompense méritée. Une standing ovation à la mesure de ton talent. Mais qui sait ? Maintenant que tu as popularisé la quenelle en Premier League et en Angleterre, l’occasion se représentera et sans nul doute, tu pourras recommencer devant un public qui y sera sensible. « Plaisir de nuire, joie de décevoir », tu ne trouveras pas mieux comme spectateurs…

Pourquoi on te dit ça Nico ? Pourquoi Tottenham, les Spurs et White Hart Line ? Parce que leurs supporters s’appellent les Yids.Ce sont eux qui se baptisent comme tels. Pour info, ils sont tellement fiers de cette identité qu’ils la proclament à tue-tête durant les matchs. Ils en ont fait des chants. La Premier League anglaise, un peu gênée aux entournures, aimerait que les Yids cessent de se chanter Yids, mais le Premier ministre David Cameron, et le leader de l’opposition, Miliband sont intervenus en leur faveur, pour que les Yids puissent se présenter encore comme Yids et leur orgueil de se revendiquer Yids. Les Yids ont fait d’une injure une marque de fierté. C’est dire s’ils sont respectés les Yids, en Angleterre (à lire ICI, en VO).

Donc voilà Nico, la prochaine fois que tu joues à Tottenham, surtout que maintenant, ils sauront ce que c’est, vas-y, glisse une quenelle ! On te promet tous un succès à la hauteur de ton génie.

Évidemment, tout cela risque d’entrainer de fâcheuses conséquences. Des tensions, des antagonismes, des ambiances pourries dans les stades et ailleurs… Tout ça… Mais qu’importe, quand on est Anelka, on s’en fiche du monde comme il va. On s’amuse. On se marre. Quenelle de 12, de 16, de 38 !  « Plaisir de nuire, joie de décevoir », il n’y a que ça qui compte, ce bonheur enivrant d’être haï !

Et pour le reste, que conseiller à Nico au sujet du cas Anelka ? Rien. Rien sur rien. Logique.