Mots-clefs

, , ,

L’intégrisme islamique et la civilisation, par Hélios d’Alexandrie – Poste de veille.

16/03/2015

L’intégrisme islamique et la civilisation, par Hélios d’Alexandrie

Il s’agit de la deuxième chronique de la série d’Hélios d’Alexandrie consacrée à l’intégrisme islamique. La première chronique est ICI.

Isis_califat

 

 

Paradoxe étrange que celui de la civilisation dite islamique, car c’est la seule civilisation qu’on identifie à une religion, et qui fut en même temps la seule où la religion ne joua aucun rôle positif, voire qui prit son essor en dépit de la religion. La civilisation dite islamique fut également la seule où la religion a été le facteur principal de son déclin et de sa disparition.

Cette introduction me semble nécessaire pour bien comprendre les dangers mortels de l’intégrisme islamique. Depuis qu’un certain Samuel Huntington a parlé du «conflit des civilisations», l’islam intégriste sous ses aspects politique et belliqueux, n’a cessé de gagner du terrain. En tant que «phénomène civilisationnel» il a atteint son «apogée» et sa «parfaite expression» avec l’avènement du Califat islamique (DAECH). Peut-on sérieusement parler dans son cas de civilisation? La question se pose, parce que dans la mesure où le Califat islamique reproduit fidèlement l’État musulman fondé par Mahomet et ses successeurs immédiats à Médine, il se trouve à reproduire également la «civilisation islamique» à sa naissance.

 

La «civilisation islamique» des origines

Ce que le Califat islamique accomplit présentement à petite échelle, la «civilisation islamique» au début de l’islam, l’a accompli à très grande échelle. Les destructions opérées dans tous les pays conquis et l’asservissement de leurs peuples ont eu pour effet d’effacer ou du moins de plonger dans l’oubli une part importante du patrimoine culturel de l’humanité. Les musulmans n’utilisent jamais le mot conquête pour parler des invasions de la Syrie, de la Mésopotamie, de la Perse, de l’Inde, de l’Égypte, de l’Afrique du Nord, du Sud de l’Europe, ils emploient plutôt le terme foutouhat (pluriel de fath) ce qui signifie ouvertures. À en croire l’histoire officielle de l’islam les armées musulmanes n’ont pas envahi ou conquis, elles ont «ouvert» ces pays!

Les mots ne sont jamais innocents, Saint-Paul a bien dit que la «lettre tue». «Ouvrir» est plus qu’un euphémisme, il signale le droit sacré du maître à pénétrer dans son «domaine». L’Égypte, la Syrie, la Perse, l’Afrique du Nord, la Sicile, l’Andalousie n’appartiennent plus à leurs habitants mais aux conquérants musulmans à qui Allah a promis qu’ils auront la terre entière en héritage. Égyptiens, syriens, perses, amazighs, ibériens, siciliens etc. ont du coup cessé d’être chez eux, ils ne sont plus que les métayers des maîtres arabes, liés à eux par un pacte de sujétion absolu (la dhimma) où le droit à la vie des conquis est soumis à l’arbitraire du conquérant.

«La civilisation islamique» des origines, ne reconnaissait aucune valeur aux autres civilisations. Pour Mahomet et ses successeurs tous ces peuples vivaient dans la «jahiliya», l’ignorance. L’islam leur apportait donc «el elm» la science, et «el haq» la  Vérité, en plus du «dine Allah» la religion d’Allah, tel que le coran l’a ordonné: «combattez-les à mort (les non-musulmans) jusqu’à ce que cesse toute dissension et que l’islam soit l’unique religion» (coran 8 :39). À la défaite militaire succédait l’impérialisme religieux et culturel; des peuples de haute civilisation se voyaient imposer sous peine de mort une religion primitive et violente, ils étaient contraints d’entrer dans le moule des  coutumes et des lois tribales, et forcés de s’humilier devant un tyran inculte.

«La civilisation islamique» des origines a failli anéantir totalement les civilisations des pays conquis. Mais ces dernières ont survécu, non à cause de la clémence ou de la reconnaissance des conquérants, mais grâce à leur salutaire corruption. Le drainage massif des richesses a permis à des arabes qui naguère vivaient chichement, de se vautrer dans l’abondance et le luxe, ils y prirent goût au point de mettre au rancart leur propre «civilisation». Les charmes de la jahiliya (l’ignorance) des peuples conquis, les ont convaincus d’en préserver la source, ou du moins ce qui en restait. L’on assista donc à un mariage, à bien des égards forcé, entre les civilisations meurtries des pays conquis et la culture primitive des bédouins du Hedjaz.

 

La civilisation dite islamique

C’est ce mariage contre nature entre les civilisations des peuples conquis et le tribalisme arabe, qui a été à l’origine de la civilisation dite islamique. Tant que l’islamisation des pays conquis restait partielle ou marginale, elle a pu se maintenir. Au début de l’ère abbasside, plus de cent ans après la mort de Mahomet, les musulmans ne comptaient que 8% de la population de l’empire, et c’est durant cette période que la civilisation dite islamique a connu son apogée. Le patrimoine intellectuel et artistique des peuples asservis a été préservé et enrichi, l’empire islamique a permis la circulation et le brassage des idées, juifs chrétiens et perses ont conservé et transmis les sciences et la philosophie, ce sont eux qui ont administré l’empire au profit des conquérants. La prospérité matérielle a favorisé les arts et contribué à développer l’architecture et les métiers. L’islam en tant que religion, système politique et mode d’organisation de la société, a nui plutôt qu’il n’a contribué à la civilisation, en effet la presque totalité des penseurs, des écrivains et des poètes de ce temps ont été condamnés pour hérésie ou apostasie, à l’exception de ceux qui bénéficiaient de la protection des puissants.

 

Mosquee-omeyyades-damasLa Grande Mosquée des Omeyades à Damas 

 

Mais la civilisation, quoique brillante du temps des omeyades et des abbassides, portait en elle les germes de sa décadence et de sa chute prochaine, elle déclinait à mesure que l’islamisation des peuples progressait. Le sursis a duré tout au plus trois siècles, le temps de tribaliser les sociétés  et de fossiliser la pensée, suffisamment pour que le fanatisme et l’intolérance envers tout ce qui n’est pas islamique, imposent l’obscurantisme et le fatalisme aux esprits. Il n’est pas exagéré de dire que la civilisation dite islamique est morte d’intoxication chronique et progressive à l’islam.

Les exemples abondent pour illustrer ce fait historique. Les grands esprits: penseurs, poètes, érudits, écrivains, savants, médecins, qu’ils soient juifs, chrétiens, musulmans, hérétiques ou athées, tels que Maimonide (juif), Théodore Abou Koura (chrétien sabéen), Hunayn ibn Ishaq ou Johanitius (chrétien nestorien), al Razi ou Rahzès (musulman sceptique), Al Farabi (hérétique), Ibn Rushd ou Averroès (musulman), Ibn Sina ou Avicenne (musulman), Ibn Khaldoun (musulman), Abou al Alaa el Maari (athée) et beaucoup d’autres, n’ont pas réussi à faire école, leur pensée, leurs travaux se sont heurtés aux dogmes immuables de l’islam, ils ont été répudiés, et c’est l’Europe qui a récolté leur héritage en même temps que celui des grecs et des romains. La civilisation dite islamique a tourné le dos à la philosophie et à la science qui se sont développés en son sein, elle a choisi d’être stérile et obscurantiste, elle a fait de cette stérilité et de cet obscurantisme une obligation religieuse.

 

L’intégrisme islamique, une anti-civilisation

Aujourd’hui les intégristes islamiques contemplent avec «nostalgie» ce qu’on appelle communément l’âge d’or de l’islam, lequel s’étend du début des conquêtes jusqu’au onzième siècle de l’ère chrétienne. L’empire islamique était alors l’unique superpuissance militaire et économique du monde, sa civilisation était la plus importante. Si la «nostalgie» des islamistes se justifie pour ce qui est de la puissance militaire et économique, en revanche elle ne peut aucunement se comprendre pour ce qui est de la civilisation proprement dite. En effet les penseurs, les érudits, les poètes, les philosophes et les savants de ce temps ont été violemment combattus par les tenants de l’orthodoxie islamique, un grand nombre d’entre eux a perdu la vie à cause de ses idées ou de ses écrits. Pire, le dogmatisme religieux et le concept de coran, parole d’Allah incréée, donc immuable et totalement vraie, a servi de camisole de force à la pensée rationnelle et spéculative. Prisonniers de l’absolue « véracité » du coran, les musulmans ont dû renoncer au bon sens et à l’esprit critique, désormais la «vérité» est fixée dans le coran pour l’éternité.

L’intégrisme islamique est le résultat concret du choc civilisationnel entre l’islam et la civilisation occidentale. Il résulte du refus de prendre acte de l’échec de l’islam et du succès du christianisme. On y décèle une double blessure: la première est d’ordre narcissique, elle met à mal le sentiment de supériorité des musulmans, qu’Allah dans le coran a désignés comme la meilleure communauté parmi les hommes. La seconde est d’ordre religieux, les musulmans sentent dans leur for intérieur qu’ils ne peuvent rejoindre le cortège de la civilisation sans transformer de fond en comble l’islam. Or transformer en profondeur l’islam équivaut à le détruire ou à n’en conserver que l’aspect folklorique. Face à ce dilemme l’islam pour durer n’a d’autres choix que se replier sur lui-même, mais ce repli dans un monde ouvert est illusoire à long terme, voilà pourquoi il lui faut également détruire la civilisation occidentale.

 

L’intégrisme est un repli défensif 

Le repli est absolument nécessaire pour préserver l’islam, c’est ce point que les musulmans réformateurs ne comprennent pas. En effet la modernité constitue un danger mortel, l’adopter revient à nier des pans entiers du dogme islamique, dont l’absolue véracité du coran. Pour lui faire échec il convient de ligoter les esprits par l’endoctrinement, ériger des murs doctrinaux suffisamment élevés pour rendre impossible toute tentative d’évasion. Il convient aussi de diaboliser la modernité en tant que composante principale de la civilisation occidentale, elle est décrite comme corruptrice, immorale et hostile à l’islam. Les droits, les libertés, l’égalité, le libre arbitre, la laïcité, la démocratie sont équivalents à l’apostasie pour ceux qui les adoptent.

Mais il faut également échapper à toutes les tentations susceptibles d’affaiblir le repli ou distraire des obligations religieuses: tout ce qui permet à l’esprit d’échapper à l’emprise de la religion, tout ce qui a pour conséquence d’empêcher la religion d’occuper toute la place. C’est ainsi que la culture d’origine devra s’effacer: littérature, poésie, peinture, sculpture, chansons, musique, danse, folklore, humour, cinéma etc. Pour préserver l’islam il convient donc de renoncer à sa propre culture et à sa propre civilisation. Le repli fait en sorte que les musulmans quel que soit leur pays d’origine ne se différencient que par la langue parlée et le caractère ethnique. L’uniformité est de rigueur, rien ne peut distinguer une marocaine d’une pakistanaise si toutes les deux portent le niqab.

 

L’intégrisme est un préalable au jihad   

L’islam sera en danger tant que la civilisation occidentale se maintiendra; incapable de la rejoindre sans se renier il lui faut la détruire. Les intégristes aujourd’hui se perçoivent comme les héritiers et les continuateurs de Mahomet et des conquérants musulmans après lui. De la même façon que les premiers musulmans ont détruit par le fer et par le feu les civilisations qui les entouraient, les intégristes s’activent à miner par tous les moyens la civilisation occidentale. Impuissants à conquérir l’Occident par les armes, ils ont choisi de le conquérir par d’autres moyens dont l’émigration de masse et la démographie. Pour échapper au risque d’intégration et d’assimilation, les intégristes font tout ce qu’ils peuvent pour imposer et renforcer le repli sur les musulmans en Occident. C’est de cette façon qu’ils peuvent s’assurer que le temps jouera en leur faveur, le jour où ils seront majoritaires, ils imposeront la charia et détruiront la modernité.

Autres lieux, autres moyens, les intégristes dans les pays islamiques adoptent une autre stratégie, elle consiste à islamiser les populations par la contrainte et si besoin est par la violence. Pour arriver à leurs fins, ils doivent prendre le pouvoir et ne jamais l’abandonner. L’objectif ultime est le califat universel, incluant tous les pays musulmans dans un premier temps, l’Europe dans un deuxième temps et le monde au complet par la suite. Objectif irréaliste? Les intégristes voient loin, ils savent que la partie se gagnera ou se perdra dans une trentaine d’années: ou bien l’islam domine le monde islamique et l’Europe, ou bien il s’effondre en provoquant une catastrophe humanitaire dont il est possible de percevoir aujourd’hui les signes avant-coureurs.

 

Conclusion

À travers l’intégrisme et le jihad l’islam joue son va-tout, à bien y penser il n’a pas le choix, c’est son échec sur le plan civilisationnel qui le lui impose. Cet échec est irréversible et irrémédiable, il est la conséquence directe du dogme. Il y a plus d’un millénaire les ulémas et les juristes islamiques ont érigé le dogme absolu du coran, en tant que parole d’Allah incréée, immuable, totalement vraie, valable pour tous les temps et tous les lieux. Ce faisant ils ont «brûlé tous les ponts», ne se ménageant aucune «porte de sortie», ils ont imposé par le fait même l’immobilisme, l’obscurantisme et la sclérose.

L’islam a choisi l’échec civilisationnel plutôt que renoncer à sa prétention de détenir la Vérité, il s’est identifié à elle, sans elle il n’est rien. Il lui faut donc la maintenir en dépit du bon sens, pour cela il ne reculera devant rien. La montée en puissance de l’intégrisme sous toutes ses formes, la violence inouïe des jihadistes, sont la preuve qu’il s’agit pour l’islam d’une lutte existentielle contre la civilisation occidentale, une lutte où il se doit de la détruire, ou à tout le moins l’entraîner dans sa chute.