Étiquettes

, ,

Une France bien gérée permettrait la suppression des impôts et la distribution d’une prime de 1000€ à chaque français.

Malgré les innombrables rapports et diagnostics sur les dysfonctionnements des administrations, la France ne réalise aucune réforme.

mauvais élève, la France fait figure d’exception au sein des grands pays occidentaux. Pour nos dirigeants, la bonne gestion de l’argent public ne compte pas. D’ailleurs, Monsieur Hollande pense que le fait que la France emprunte à des taux bas est une preuve de confiance envers sa politique. Il se trompe, car les dégradations successives de la note de la dette souveraine française finiront par impacter les taux des emprunts d’état français. D’autre part, notre dette atteindra vite 100% du PIB, un seuil considéré par de nombreux économistes comme insoutenable, ce qui affaiblira encore plus notre crédibilité. En effet, la dette publique de la France approchera 98 % du PIB dès 2015 !

Quand la France gaspille 200 milliards chaque année

Le cash burn à la française / Une France bien gérée permettrait la suppression des impôts et la distribution d’une prime de 1000€ à chaque français

En France, les dépenses publiques ont augmenté dans des proportions délirantes,  nous battons les records mondiaux avec des dépenses publiques qui dépassent les 57 % du PIB, une vraie folie.
Contrairement à ce qu’on nous raconte, la différence ne provient pas d’un meilleur modèle social par rapport à nos voisins.

Mauvaise gestion, postes en doublon et gaspillages

Le problème c’est la mauvaise gestion française : des dépenses de fonctionnement délirantes, un nombre d’élus trop élevé, de nombreuses commissions qui ne servent à rien et qui n’existent pas ailleurs et des gaspillages monstrueux. Le dernier en date est la mise en oeuvre puis l’abandon de l’Ecotaxe qui coûtera 1,6 milliard d’euros aux contribuables dès cette année. Quand Serge Gainsbourg brûlait un billet de 500 francs à la TV on en fit un scandale, quand nos ministres brûlent 3,2 millions de billets de 500€ pour un projet abandonné tout le monde s’en contrefiche. Aujourd’hui, de tels gaspillages ne sont plus acceptables. Comment est-il possible que les responsables de ces gâchis n’aient de comptes à rendre à personne ? Dans les administrations locales, plus de la moitié des dépenses publiques sont englouties par les dépenses de fonctionnement, c’est de la folie à l’état pur. Pour autant, les collectivités locales ne connaissent toujours pas la crise et embauchent massivement depuis 10 ans au rythme extravagant de 35 000 personnes chaque année et ce malgré les postes en doublon dans les départements et les régions, ou dans les intercommunalités et les communes.

Un mille-feuille administratif avec près de 620 000 élus en France

Viennent s’ajouter à cette fourmilière : nos ministres et les 668 commissions ministérielles avec leurs 20 000 sièges (exemple : l’Assemblée des Français à l’étranger coûte 3,4 millions d’euros par an pour 4 réunions). S’ajoutent aussi nos 577 députés, nos 68 députés européens, nos 311 sénateurs, nos 2040 conseillers régionaux, nos 4054 conseillers généraux, nos 36.785 Maires, nos 536 000 conseillers municipaux et nos 38 000 élus intercommunaux sans parler des innombrables disciples qui entourent ce beau monde.
De plus, de nombreux élus cumulent les mandats. Selon un rapport du Sénat, en 2011, 83% des parlementaires cumulaient plusieurs mandats.

En France, une bonne gestion permettrait la suppression des impôts

Non, vous ne rêvez pas : si en France on dépensait autant qu’en Allemagne ou en Espagne, si les dépenses publiques de notre pays étaient équivalentes à la moyenne des 28 pays européens, on pourrait purement et simplement supprimer les impôts ! En voici la preuve :
Comparons les dépenses publiques de la France au reste de l’Europe :
France : 57% du PIB.
Europe 49 % du PIB, soit un écart de 8 points de PIB.
Nous ne parlerons même pas des États-Unis où les dépenses publiques ne représentent que 38% du PIB.
En Allemagne ou en Espagne, les dépenses publiques s’élèvent à 45% du PIB soit plus de 12 points d’écart avec la France !

Si la France dépensait autant que la moyenne européenne (49% du PIB) on économiserait : 8% X PIB soit, avec notre PIB de 2060 milliards, environ 165 milliards d’euros chaque année !
En alignant ses dépenses publiques sur l’Allemagne ou l’Espagne la France économiserait la somme colossale de 250 milliards par an !
Ces écarts révèlent qu’il y a manifestement un énorme problème de gestion dans ce pays.

En alignant nos dépenses publiques sur la moyenne des 28 pays de l’Union Européenne on pourrait purement et simplement supprimer :

  • la taxe foncière qui coûte environ 30 milliards par an au contribuable
  • la taxe d’habitation qui coûte environ 20 milliards par an au contribuable
  • la taxe sur l’audiovisuel qui coûte environ 4 milliards par an au contribuable
  • l’impôt sur le revenu qui coûte environ 60 milliards par an au contribuable

Et en plus, une prime de 1000 à 2000€ par français

En effet, le total de ces quatre impôts est de 104 milliards. Il resterait plus de 60 milliards à distribuer aux pauvres ! Ces 60 milliards représentent une prime de 1000 euros par français, du dernier bébé au doyen de ce pays !
En alignant nos dépenses publiques sur l’Allemagne, l’Espagne, la Norvège ou à  l’Irlande, cette prime doublerait pour dépasser les 2000 € !

Le résultat ne se ferait pas attendre : une très forte reprise de l’activité économique qui ferait baisser le chômage et qui augmenterait … les recettes de TVA !

Alors, quand nos politiciens annoncent qu’il est nécessaire de réformer les professions réglementées, de baisser les prestations familiales, d’augmenter la pression fiscale ou le prix du gazole et que c’est pour le bien de notre pays, sachez qu’il existe d’autres réformes qui rapportent beaucoup plus et auxquelles ils ne touchent pas. Les réformettes actuelles sont faites pour amuser la galerie et occuper les médias.
Les réformes qu’il faudrait entreprendre, les vraies, on en parle pas ou très peu : faire chuter lourdement les dépenses publiques pléthoriques.
Oui, la réussite économique de la France n’est possible que par l’allègement du fardeau de l’état obèse.

Sources : eurostat – iFRAP – lemonde.fr – J-M Morandini

Pour que ça change, faites le savoir. N’hésitez pas à commenter ou partager cet article sur les réseaux sociaux et ailleurs !