Mots-clefs

, ,

Les frères musulmans à la Maison Blanche!.

Les frères musulmans à la Maison Blanche!

  • Par Rym Mourali
  • « Not Huma Abidin alone »

    Cette très brève déclaration exprime ce qui se passe à l’intérieur de l’esprit de nombreux politiciens américains qui sont totalement convaincus de l’infiltration de l’administration Obama par les Frères musulmans, avec de nombreux articles, des séances d’information, et des messages de recherche parlent de personnalités que certaines agences de sécurité aux États-Unis assurent qu’ils ont une relation directe avec la confrérie musulmane et son organisation internationale.

    L’histoire la plus célèbre que les médias américains aient traitée était Huma Abidin comme conseillère spéciale de Hillary Clinton et son amie proche, mais ce que beaucoup de gens ignorent, c’est qu’il y a six autres personnalités liées à la Fraternité dans la rue politique américaine.

    Arif Alikhan, un avocat pakistanais et professeur prestigieux dans la lutte contre le terrorisme et la sécurité publique à l’Université de la Défense nationale aux États-Unis, qui est né en 1968 d’un père indien et de mère pakistanaise ayant émigré aux Etats-Unis en 1960, il est diplômé magna cum laude de l’Université de Californie à Irvine en 1990, il obtient un baccalauréat en arts, spécialisé en écologie sociale. Il a étudié le système de justice pénale, criminologie, et a fait des études juridiques ainsi que des recherches sur l’analyse environnementale.

    Il a rejoint la Californie Association du Barreau en 1993. Il a donné de nombreuses conférences à l’École de la sécurité internationale dans la capitale américaine. Il donne des conférences sur une variété de sujets, dont la patrie et la sécurité nationale à l’armée américaine. Il est considéré comme un spécialiste dans le domaine de la sécurité civile américaine, et est un expert reconnu par le gouvernement des États-Unis dans les politiques de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme.

    Il a progressé dans des postes importants au sein de l’administration américaine et des postes sensibles, le plus important était pendant dix ans au sein du Département américain de la Justice dans la position du procureur fédéral à Los Angeles à partir de 1997 jusqu’en 2005, et après il fut haut fonctionnaire du ministère de la Justice à Washington, de 2005 à 2006, et ancien conseiller pour chaque ancien procureur général américain, John Ashcroft, et le procureur général Alberto Gonzales, sur le traitement contre la cybercriminalité, et les initiatives de propriété intellectuelle.

    Il a servi plus tard comme adjoint au maire de Los Angeles pour la sécurité publique après les événements de Septembre pour aider à la surveillance des mosquées et associations islamiques extrémistes au sein de la ville et observer les éléments extrémistes en leur sein.

    Il était responsable de la supervision de la police de Los Angeles, les pompiers et la gestion des urgences, et responsable de l’allocation des budgets de ces organismes, qui se sont élevés au total à plus de 2 milliards de dollars.

    Après son succès dans le poste de maire adjoint, Obama, en juin 2009, l’a nommé secrétaire adjoint de la Sécurité intérieure pour l’élaboration des politiques dans le Département en ce qui concerne la sécurité intérieure.

    Il a été aussi conseiller d’Obama et directement responsable du dossier des Etats islamiques au sein de la Maison Blanche et l’un des principaux personnages qui ont élaboré les plans pour le développement des relations américano-islamiques lors de la primaire présidentielle d’Obama.

    Il fut l’un des partisans les plus forts de l’idée que les auteurs des attentats du 11 Septembre ont obtenu le soutien interne du cœur des Etats-Unis.

    La relation Arif Alikhan avec l’organisation internationale des Frères musulmans vient du fait qu’il est l’un des fondateurs de l’Organisation mondiale islamique filiale directe de l’organisation internationale des Frères.

    Certains font remarquer qu’il est l’un des principaux organisateurs et intermédiaires de la réunion des dirigeants de l’administration américaine avec les Frères musulmans depuis les événements de Septembre et jusqu’à présent, et qu’il est le lien entre eux pendant et après les dites révolutions du printemps arabe en 2011.

    Le Qutb-ist (en référence à sayyid Qutb) a fait couler beaucoup d’encre, un militant islamiste du Texas, né en Alexandrie en Egypte. Il a grandi à Dallas aux États-Unis. Il est un des fondateurs de « The American Freedom and Justice Organization », à but non lucratif fondée en 2012, après des années de refus de la coordination entre le gouvernement américain et la communauté musulmane dans l’État du Texas et l’un des principaux défenseurs des idées de Sayyid Qutb, le frère célèbre aux États-Unis.

    Mohammed Elibiary a passé sept ans dans le secteur bancaire et de l’information et de la technologie de l’industrie. Il a une formation en management et ingénierie réseau, a étudié à l’extrême nord de Dallas. Il est un agent enregistré au Conseil islamique du Texas, NTIC, et il est également directeur de la section de Houston du Council on American-Islamic Relations (CAIR), une des institutions des Frères musulmans aux États-Unis.

    Il était un témoin dans l’affaire de la Abdelrahman, djihadiste cheikh Omar détenu à ce jour en Amérique, où il a donné son témoignage en disant: «L’homme n’a pas fait quelque chose d’illégal et ne peut être jugé ».

    Il a été nommé par le Department of Homeland Security (DHS) spécifiquement par le secrétaire général Napolitano Janet, en tant que membre du Comité consultatif du Department of Homeland Security. Les médias l’ont accusé à cause des rapports de sécurité alors qu’il était au département de la Sécurité intérieure, en particulier en octobre 2011, de sa relation avec les Frères musulmans, et l’ont accusé également d’entrer dans les bases de données du Department of Homeland Security pour obtenir des informations secrètes sur l’intelligence américaine et une base de données avec les documents secrets qui contient des centaines de milliers de rapports de renseignement, et d’obtenir des documents importants qui menacent la sécurité nationale américaine sur les motifs qu’il était l’un des 26 personnes au sein du ministère auxquelles il était permis l’accès aux documents les plus critiques grâce à la base de données sur Internet.

    Janet Napolitano et Elibiary ont été contestées devant le Federal Bureau of Investigation de révéler la preuve d’une relation directe entre Elibiary et les Frères en Egypte par la liberté et l’organisation égyptienne Elibiary financement du Parti de la Justice du même nom.

    La preuve la plus importante contre lui, était sa position officielle dans de nombreuses célébrations, qui concernaient les organisations des Frères musulmans et ainsi que son organisation internationale, mais l’enquête n’a abouti à rien. Il en fut quitte malgré la reconnaissance de certains responsables au sein du ministère de la probabilité de ces documents importants étant détournés vers les Frères musulmans en Egypte.

    Obama l’a choisi pour écrire tous ses discours adressés au monde arabe et islamique. C’était Elibiary qui a rédigé le discours d’Obama à Hosni Moubarak lors de la révolution de Janvier pour lui demander de démissionner et de quitter son bureau.

    L’homme de confiance d’Obama et de la Maison Blanche: Rashad Hussain

    Rashad Hussain, né en 1978, est un avocat américain d’origine indienne. Hussein est né dans le Wyoming et a grandi à Plano, au Texas. Son père Mohammed Hussein était un ingénieur des mines.

    Diplômé de l’Ecole Greenhill à Dallas, au Texas, il a obtenu un baccalauréat en deux ans, à la fois en philosophie et en science politique de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Il est titulaire d’une maîtrise en études arabes et islamiques de l’Université Harvard, et a été rédacteur en chef du Journal de droit de l’Université de Yale.

    Après son diplôme de l’université, il a travaillé comme assistant à la commission judiciaire de la Chambre, et en Août 2008, coécrit un article « La reformulation de la bataille des idées: Comprendre le rôle de l’islam dans la politique de lutte contre le terrorisme» à la Brookings Institution, Hussein a cherché à élargir le partenariat entre les Etats-Unis et le monde islamique, et a été franc sur la nécessité de lutter contre le terrorisme.

    Il a commencé à conseiller Obama sur les questions liées à l’islam après avoir rejoint son équipe et sa nomination comme conseiller juridique de la Maison Blanche en Janvier 2009, Obama lui a confié la rédaction des discours sur la politique étrangère, il a formulé le fameux discours d’Obama au Caire en 2009.

    Le 13 Février 2010, le Président Obama le designe comme envoyé spécial auprès de l’Organisation de la Coopération islamique et après cette nomination, le président Obama a dit à son propos: « Je l’ai choisi pour ce poste comme un avocat accompli et un collaborateur proche et de confiance à la Maison Blanche, Rashad a joué un rôle clé dans le développement des partenariats que j’ai demandé au Caire. Et comme un hafiz du Coran, il est un membre respecté de la communauté musulmane américaine. Je le remercie pour la realisation de ce travail important. »

    Hussein a représenté le gouvernement des États-Unis en tant qu’observateur août 2012 à la Conférence du Sommet islamique à La Mecque, en tant qu’envoyé de l’Organisation de la Conférence islamique.

    En juin 2002 Hussein faisait partie d’une équipe de collaborateurs du Congrès lors de la conférence annuelle de l’American Islamic Conseil CCEA), dirigée par Abdulrahman Al Amoudi, un leader des Frères musulmans aux États-Unis actuellement emprisonné après avoir été accusé d’avoir fomenté un complot visant à assassiner le prince Abdallah d’Arabie saoudite. Il a également fait partie du comité organisateur de la conférence des Réflexions critiques islamiques (CIR) avec des éléments de l’organisation de la confrérie musulmane américaine, Jamal Barzanji, Hisham Taleb, et Yaqub Mirza. Il a également été lié à l’organization SAFA et à un réseau d’organisations islamiques situés en Virginie du Nord dont le siège a été perquisitionné par le gouvernement fédéral en Mars 2002 qui confirma leur relation avec l’organisation internationale des Frères dont les dirigeants sont Tariq Ramadan, Jamal Badawi, et Taha al-Alwani.

    Salam Marayati immigrant irakien, qui sert maintenant comme directeur exécutif de la SÉFM Muslim Public Affairs Council une institution islamique aux États-Unis, qui a été créé en 1986.

    Marayati est considéré comme l’un des fondateurs. Le Conseil est lié à l’organisation internationale des Frères musulmans américains que les rapports des autorités de sécurité a confirmé en 2004 quand ils ont attaqué la maison d’un membre du courant islamique et l’ont arrêté dans le contexte des événements de Septembre 2001. Ils ont trouvé à l’intérieur des documents internes confirmant la dépendance de ce Conseil au courant islamique en Amérique du Nord, ce courant qui est géré et dominé par les Frères musulmans à travers son organisation mondiale.

    Salam a été nominé en 2002 pour travailler avec la National Security Agency.Marayati en tant que Président du Conseil a un rôle politique et surtout dans une grande mesure avec la Dawa, Marayati étant toujours présent quand un musulman en Amérique fait face à un problème devant les autorités compétentes.

    Il a ainsi eu de nombreuses séances de travail avec membres du Cabinet, des gouverneurs et des ambassadeurs pour les affaires musulmanes au sein des États. Il est maintenant pressenti en Amérique pour être le chef de file des musulmans un Martin Luther King pour les musulmans.

    Chef religieux des musulmans d’Amérique: L’imam Mohamed Magid

    D’origine soudanaise né dans le nord du Soudan en 1965, son père était l’un des imams les plus importants musulman sunnite en Afrique et a été le Mufti du Soudan depuis des années. Il est venu aux États-Unis en 1987. Il a complété son éducation religieuse dans les diverses disciplines islamiques, et a été chercheur résident à l’Institut Medina et a travaillé en tant que professeur dans l’interprétation du Coran à l’Université de Howard en 1997. Il est devenu directeur exécutif de l’association, qui comprend les mosquées de la ville de Dulles.

    Imam Magid a contribué à la mise en place de services religieux pour les communautés musulmanes dans diverses parties de l’Amérique. Il a beaucoup d’expérience en service à la communauté, où il était un représentant de l’organisation à l’est de la Société islamique d’Amérique du Nord. Il a servi comme vice-président de l’Association avant son élection en Septembre 2010 en tant que président de la Société. En 2011, Obama l’a nommé en tant que conseiller dans le Department of Homeland Security (DHS) pour lutter contre l’extrémisme violent et le terrorisme et fournir des conseils aux individus appartenant à la Federal Bureau of Investigation et d’autres organismes fédéraux.

    Très vite, il devient un habitué de la Maison Blanche. Il est un visiteur régulier de la Maison Blanche. Il donne des conférences et des conférences sur la politique américaine au Moyen-Orient au département d’Etat. Il a travaillé comme avocat au ministère de la Justice à criminaliser la diffamation de l’Islam. Il travaille dans le département de la Sécurité intérieure dans la lutte contre l’extrémisme violent, et offre des conseils au Federal Bureau of Investigation et de plusieurs autres organismes fédéraux. L’administration Obama a commencé à sentir son influence et son autorité sur les domaines dans lesquels les musulmans sont impliqués dans le pays.

    Prouver la relation de l’imam Mohamed Magid avec la Fraternité, ne nécessite pas de beaucoup de recherches avec la Société islamique d’Amérique du Nord où il dirige une entité filliale de l’organisation des Frères musulmans.

    Un ami du petit-fils al Banna est un conseiller d’Obama

    Eboo Patel, un musulman américain d’origine indienne. Il a grandi et a étudié en l’Illinois à Urbana-Champaign et a obtenu un baccalauréat en sociologie. Il détient un doctorat en sociologie des religions de l’Université d’Oxford. Quand il était étudiant à l’Université d’Oxford, il a réalisé de nombreux projets pour les jeunes musulmans de différentes religions et nationalités de l’Inde, au Sri Lanka et en Afrique du Sud.

    Il a officiellement créé la Fondation IFYC en 2002 avec un ami juif avec une subvention de 3500 $ de la Fondation Ford. Aujourd’hui, l’organisation emploie environ 30 personnes et son budget atteint 4 millions de dollars. C’est une institution dont la relation entre les jeunes et l’essence des religions. Il écrit pour le Washington Post, le Huffington Post et USA Today.

    Il est membre du Comité consultatif religieux du Council on Foreign Relations, et le Comité national pour la Fondation Aga Khan, et membre du conseil consultatif de l’Université Duke centrer pour les études islamiques, et Fellow de la Fondation Ashoka. Il travaille en tant que consultant dans le département de la Sécurité intérieure et est membre du conseil Barack Obama’s Advisory.

    Eboo Patel a une relation très forte avec Hani Ramadan, l’un des leaders des Frères musulmans et le petit-fils de Hassan al-Banna et le fils de Saïd Ramadan est le frère du droit d’al-Banna, fondateur des Frères musulmans en Europe et aux États-Unis, en plus de sa relation avec Siraj Wahhaj, un frère américain connu, et son appartenance à la MSA en Amérique: une grande organisation des Frères musulmans.

    La question qui se pose et s’impose à la fois : Laquelle des deux parties a le plus manipulé et profité de l’autre, les Frères musulmans ou Israël?

  •