Étiquettes

, , ,

Alternative à la Solution à 2 Etats, Annexer la Zone C

Par Albert Soued, écrivain, http://soued.chez.com pour www.nuitdorient.com 1/11/14

Voir aussi les 50 derniers articles et toutes les informations de politique générale au Moyen Orient 

Dans un récent article paru dans le New York Times, le ministre de l’Economie d’Israël, Naftali Bennett, chef du parti « Bayit Hayéhoudi », une étoile montante dans le pays, a donné sa vision de l’avenir de la Judée/Samarie.

Son plan en 4 étapes consiste en l’annexion par Israël de la zone C dont la population est à 90 % juive, tout en donnant une indépendance totale aux zones A et B, qui seraient démilitarisées et aidées sur le plan économique.

http://www.nytimes.com/2014/11/06/opinion/naftali-bennett-for-israel-two-state-is-no-solution.html?module=Search&mabReward=relbias%3Aw%2C%7B%222%22%3A%22RI%3A14%22%7D&_r=0

En fait, c’est la seule solution qui puisse assurer une certaine sécurité sur le terrain à Israël. J’ai déjà donné mon point de vue à maintes reprises sur www.nuitdorient.com dans Annexer la Zone C est un Plan B pour la Farce de Kerry du 21/1/14.

La « solution à 2 états » est caduque. Les récents événements au Moyen Orient l’ont démontré. Le modèle imaginé à Oslo il y a 20 ans a montré ses limites et son danger.

Il est grand temps d’en tenir compte et de proposer une alternative viable pour l’état d’Israël, et sortir du statu quo et de l’utopie d’une « solution à 2 états ».

La guerre de l’Autorité Palestinienne contre Israël via le Hamas cet été, l’expansion de l’Etat Islamique devenu califat et l’auto-destruction de la Syrie, de l’Irak et de la Libye

ont transformé le paysage politique du Moyen Orient.

Israël se trouve déjà menacé à ses frontières nord et sud, les jihadistes de l’Etat Islamique se trouvant au Sinaï et au Golan. Comment Israël peut-il se permettre de se retirer d’un quelconque territoire, alors que le conflit actuel n’est nullement territorial ?

Israël s’est retiré du Sinaï qui s’est transformé en repaire de terroristes.

Il s’est retiré de certaines zones de Judée/Samarie suite aux accords d’Oslo, et une intifada s’ensuivit, qui a provoqué plus 1100 morts israéliens et des milliers de traumatisés.

Il s’est retiré du sud-Liban qui s’est transformé en zone super-militarisée, avec 100 000 missiles, sous la coupe du Hezbollah, inféodé à l’Iran. Et Israël a déjà subi 2 guerres.

Il s’est retiré de la bande de Gaza qui a été vite occupée par le Hamas, voué à la destruction d’Israël dans les paroles de ses dirigeants et dans les faits de tous les jours, avec une guerre de missiles à la clé, tous les 2 ou 3 ans.

Depuis le début du sionisme, depuis la chute de l’empire ottoman, le conflit est d’ordre idéologique. La fenêtre d’entente possible n’a duré qu’une dizaine d’années, autour de la 1ère Guerre Mondiale. Aujourd’hui, les terroristes arabes sont prêts à détruire Israël dès qu’ils ont l’opportunité. L’Europe et l’équipe Obama/Kerry sont prêtes à leur donner l’occasion, à travers la « solution à 2 états ». S’ils ont la possibilité de traverser la vallée du Jourdain, les jihadistes seront à quelques km de l’aéroport Ben Gourion et de tous les centres vitaux du pays.

De plus, il n’y a aucune entente possible entre les arabes de Judée/Samarie et ceux de Gaza, les tribus dans chaque territoire refusant la tutelle d’un Etat commun.

Certains dirigeants arabes dans le passé, et même aujourd’hui, pensent que le meilleur et seul moyen d’obtenir la paix, c’est de favoriser la prospérité économique dans la région. Et, selon Bennett, avec une aide massive pour améliorer l’infrastructure et une assistance pour créer des industries et des activités, sans entraves, Israël peut catalyser cette orientation positive qui pourrait servir d’exemple.

© http://www.nuitdorient.com par le groupe boaz,copyright autorisé sous réserve de mention du site