Mots-clefs

, ,

La « théorie du complot » comme seul système d’analyse des évènements du monde

23 décembre 2012, 17:06 Auteur :  
Je reproduis ici un commentaire fort intéressant d’Anto, merci à lui de tirer tout le monde vers le haut avec ce genre de commentaire de si grande qualité qu’il en fait un article sans en changer le moindre mot.

Ce qui frappe de plus en plus dans la nébuleuse Soral, c’est à quel point la « théorie du complot » est devenue le seul système d’analyse des évènements du Monde.

Bien sûr, des mensonges, des instrumentalisations de faits, de circonstances, des manipulations, organisées par des Etats, des officines et des organisations plus ou moins clandestines, ça fait partie de l’Histoire depuis des siècles, et le nier serait totalement absurde. Comme il serait absurde de nier que l’information peut-être orientée et manipulée par les pouvoirs (étatiques, politiques, financiers et autres lobbys diverses). Il n’est absolument pas question de prendre pour argent comptant toute « vérité » officielle édictée par tel ou tel gouvernement ou institution.

Mais avec l’émergence d’Internet, depuis 10 ans, le devoir de vigilance, de sens critique de la part de chaque citoyen, s’est transformé tout doucement en devoir de paranoïa. La profusion de thèses conspirationnistes sur tous les aspects de la vie et de la marche du monde met à l’épreuve la critique justifiée de tous les conformismes de l’information officielle.

Tout peut-être nié ou contesté sur le Net : La mère de toutes les conspirations : Le génocide Nazi à l’égard des juifs, mais aussi l’assassinat de Kennedy, l’épopée lunaire, le 11 septembre 2001, les différents attentats islamistes, l’affaire Merah… On tombera également souvent sur les « complots » liés à la santé, et on découvrira en quelques clics que le Sida n’existe pas, pas plus que le cancer, la grippe A, et il n’est pas exclu que les hémorroïdes ou le rhume des foins aussi soient le résultat d’une gigantesque manipulation de la CIA, du Mossad, ou des Illuminatis….

Avec, pour servir ces théories, le fameux « A qui profite le crime ? ». Cet adage populaire n’a évidemment pas plus de sens que « Après la pluie vient le beau temps » ou « Une de perdue dix de retrouvée » ! Un « crime » peut parfaitement profiter à quelqu’un qui n’est pas son auteur. Exemple, vous avez un vieil oncle fortuné, dont vous êtes le seul héritier. Ce vieil oncle se fait trucider chez lui par un cambrioleur. Vous héritez de sa fortune : Il est évident que « le crime vous profite », sans que vous n’y soyez le moins du monde impliqué.

Que ferait le conspirationniste de base dans ce cas : Il chercherait, par tous les moyens, le lien, même le plus ténu, qui vous lierait à l’assassin. Il pourra ainsi découvrir, par exemple, que votre sœur était dans la même classe que le meurtrier en CM2. « Comme par hasard ! » s’écrira-t-il ! Ou que vous avez couché avec la fille de la voisine de la grand-mère du tueur. « Comme par hasard ! ». Ou que vous avez acheté votre paquet de cigarette dans le même bar PMU que lui ! « Comme par hasard ! ».

C’est ainsi que fonctionne le théoricien du complot. Les simples faits l’ennuient. Dernier épisode en date : La tuerie de Newton, aux USA. L’enquête démontre, assez banalement, qu’un jeune garçon asocial, psychotique, dépressif, avec peut-être des tendances schizophrènes, dont la mère avait chez elle un stock d’armes conséquent, est passé à l’acte poussé par son délire incohérent. Dans cet acte, pas la moindre revendication politique, idéologique, religieuse, juste la triste réalité de la folie humaine, maintes fois observée !

Et bien pour le conspirationniste de base, ça ne suffit pas : Il faut qu’il y ait « autre chose » derrière. Sur le site « Égalité & Réconciliation » d’Alain Soral, c’est une évidence : A Newton, il s’agit d’un énième « complot sioniste ». Pourquoi, comment, dans quel but ? Ne vous inquiétez pas, ils vous l’expliqueront !

Revenons à Soral justement, car nous arrivons à un point important de la théorie du complot. C’est qu’avec les années qui passent, on peut en arriver à affirmer ceci : « Le complot, ça peut rapporter gros !». L’exemple d’Alain Soral est flagrant. Voilà un type qui n’a jamais vendu autant de livres que depuis son recyclage habile du bon vieux complot Judéo-maçonnique. Un sacré tour de passe-passe, très malin, qui lui a permis sans doute de bien améliorer son quotidien sur le plan financier. Et c’est cela qui est très fort : Les conspirationnistes ont l’art et la manière de se présenter en « purs et durs » totalement désintéressés par les questions d’argent. Jamais l’aspect « business » ne sera réellement évoqué. Et pourtant, les plus rusés, les « maîtres à penser » qui manipulent les gogos internautiques immatures, se remplissent les poches. Mais après tout, il n’y a pas de sots métiers !

L’inconvénient, c’est que ces mascarades grotesques tendent à ridiculiser toutes critiques légitimes et argumentées des discours officiels politiques, étatiques, financiers, et leurs relais dans les médias institutionnels.